Author Topic: George Bush and the CIA behind the assassination of primeminister OLOF PALME  (Read 8303 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline kimono

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 779
JFK, Olof Palme assassination, Daniel Ellsberg trial, Bradley Manning imprisonment, Assange arrested in Sweden: is this all the shadow of the CIA?... All people who wanted social progress or who were fighting against the war, were all arrested or killed in similar conditions...

http://www.leopoldreport.com/JohnA.html

By John P Anderson
The responsibility for Olof Palme's murder belongs with the CIA and the political network in the world controlled by the American intelligence apparatus.
I tend to think that the CIA and George Bush are the "bad guys" here.
Bush continued the policies of wars for profit with deliveries of weapons to Iran, Iraq and the Contras.

The Prime Minister of Sweden, Olof Palme, was assassinated in 1986 as he exited a cinema at around 10 PM with his wife. Olof Palme was certainly a controversial politician in Sweden, and had during the decades before his murder become controversial even outside the borders of Sweden. He became the social democratic Prime Minister for the first time in the late 60's and by this time he had already acquired a high profile on the Swedish political scene and was even somewhat known on the US one. As the Vietnam quagmire deepened, Palme took a strong stand against the American policies and even led anti Vietnam War demonstrations through the streets of Stockholm. I myself participated in some of these demonstrations, although I never caught a glimpse of the well known politician.

The assassin managed to escape from the death scene , running through some small streets towards a local park. In the aftermath of the murder, the police authorities gravitated towards investigating the small Kurdish community in Sweden. Soon the newspapers were filled with stories of threats made against Palme by Kurdish extremists because of some actions taken by Palme that were considered detrimental to the Kurdish cause. In the long run these suspicions didn't pan out and within a few years a local Swedish hoodlum, Krister Pettersson was indicted for the crime and subsequently convicted of it. The conviction was appealed and the Swedish Supreme Court soon freed Mr. Pettersson for insufficient evidence. The prosecution again tried to bring the suspect to court but was stopped by the same Court for similar reasons. From afar in the US I occasionally followed the developments, noticing the mushrooming leads that seemed to point in all kinds of different directions. Parts of the local Swedish police were suspected of the crime, then the Kurds again, followed by other suspects like the Chilean "Operation Condor", the European terrorist organization P2, the South African apartheid regime's intelligence services, not to mention the local Swedish Extreme Right.

When I first heard of the assassination I was sure it was politically motivated. I knew for a fact that Palme was hated like few other politicians in Sweden by his opponents, somewhat for his effectiveness but mainly for his cutting and sarcastic political debating style that left his opponents frequently in tatters. My own father, a farmer, was no lover of social democracy in general, and Palme especially was like a red shirt in front of a bull to him, leaving him frequently sputtering with indignation. It wasn't farfetched to believe that a local Swedish political fanatic could have committed the deed. But I thought I knew it was atypical of the Swedish temperament to commit such a brutal political crime, the papers afterwards frequently lamented the fact that Sweden now had lost its innocence, not unlike the US reaction to the JFK assassination.
My early suspicions inevitably turned towards the US Intelligence Services since I knew that they would have no qualms about getting rid of Palme if it would further their purposes. From my studies of the Reagan administration I knew that it was very likely that the CIA had sabotaged the Carter rescue attempt of the American hostages in Iran. The attempt turned out to be a disaster with helicopters and airplanes colliding even before any serious attempt was under way. I was sure that the rumors of the "October Surprise" were correct, since even a Reagan insider confirmed that the Reagan campaign had closed a deal with the mullahs in Teheran to delay the release of the American hostages so that President Carter wouldn't be able to claim credit for the release and thus win the 1980 election.

A friend of mine, who had become tired of my interest in the JFK assassination , suggested that political murders in the US were no big deal, even Sweden had prominent politicians murdered. This was during the time that the prosecution still was pursuing Krister Pettersson, the freed suspect. I recall having to bite my tongue, since I wanted to reply that the murder of Palme could probably be traced to the CIA and its sister organizations. A few years later, my suspicions gained considerable credence. During my perusal of political controversies on the Internet I ran across a former American CIA agent by the name of "Chip"Tatum, whose spilling of the beans were interesting to say the least. According to Tatum, the US had been awash in political shenanigans during the 80's , the CIA had financed the Contras with drug sales in targeted black neighborhoods and corrupted the then Governor of Arkansas, Bill Clinton, in the process. All this activity was headed by George Bush, the Vice President. Any individual standing in the way of this criminal operation was summarily done away with. I bolted upright when Tatum revealed that the Prime Minister of Sweden, Olof Palme, was murdered on behalf of a hidden organization, the OSG, which had a certain colonel Oliver North in a leading role. North's ultimate superior was Vice President George Bush.

I quickly drew the conclusion, that the investigation into Palme's murder was the same type of cover-up operation as the Warren Commission had been. It seemed to me that the reach of the American intelligence agencies extended all the way into the top echelons of Sweden's political elite and police authority. In my mind I conjured up training facilities somewhere in the US, where naïve Swedish politicians and police investigators were sent to learn how to run an investigation in such a fashion that the cover-up would have a minimal chance of being exposed. I have a feeling that their teachers were somewhat confounded with some of the careless statements by leading Swedish pupils though. One investigator let slip: "If the truth about the assassination of Olof Palme were ever to be known, it would shake Sweden to its foundation!" Another commented: "It would be best if the murder of Palme were never solved."

One of my suspicions from the elections of 1992, the fact that there had to be some political dirty tricks behind the inexplicable withdrawal of candidate Perot during the summer of 1992, turned out to be correct. "Salandria's Law" definitively suggested that some action on behalf of the Bush campaign had caused Perot's damaging exit, and Tatum confirmed it, in fact he revealed that this episode was the determining factor in his decision to quit intelligence activities. Tatum had been approached by the OSG and Bush to assassinate Perot, but had refused, since he didn't want to be involved in the killing of American citizens as opposed to foreign ones. He informed the shocked officials that he had stacked away evidence of criminal activities by the Reagan/Bush administrations in at least six countries, and if he didn't check in at certain times, these recipients were to release the documents. He agreed to let himself be framed on minor charges in order to acquire a felon status that could be used against him in case he went public, but when his wife was subsequently also jailed, Tatum went public anyway. Since a few years now, he has disappeared totally from the scene, some say he has made a deal with the establishment to keep quiet and some say he probably has been mixed in concrete and is resting on the ocean floor.

In early 1999, I had managed to acquire a tape featuring "Chip" Tatum, where he disclosed how Palme had been set up and murdered, and I was pondering if it was worth it to try to alert Swedish newspapers to the fact that this valuable tape existed. I decided to write a story about the new evidence and sent it by e-mail to the three largest Swedish newspapers. Then I proceeded to wait to see if there would be any reaction. I was soon disappointed, there were no mention of this new angle to the continuing Palme investigation. In fact, other gossipy assassination angles frequently appeared, but the tape of Tatum disappeared into the dark recesses of the papers.

(But not on Leopold Report, here you can listen to the short sequence when Gene Tatum talk about the Palmemurder and more than one hour about the background):
Listen to the tape here
"Les hommes qui ont vécu dans les laboratoires n'imaginent guère que les partis extrêmes" -
"Men who lived in the laboratories can hardly imagine anything else than extreme parties" (Louis Aragon, 1897-1982)

TrxiZ

  • Guest
added some missing part of the link here..

goes on after
Listen to the tape here -> http://www.leopoldreport.com/LRsajt94.html

One such story featured the Kurd leader, Ocalan, who with the help of CIA had been captured by Turkish authorities and transported in bondage to Turkey. Soon afterwards reports from Turkey had Ocalan saying to his captors that his former wife was behind the assassination of Palme. I had to laugh to myself, the CIA and its Turkish sister organization certainly didn't waste any time putting out disinformation.

Later I ran across a Swedish retired journalist, who had set up a web site about the Palme murder. This journalist, who during his career often had met with Palme, was on the right track when he thought that it was worthwhile to pursue the CIA angle of the assassination. I decided to sent him the story I had written for the Swedish papers and hit pay dirt. Within a few days he had plastered a shortened version on his web site, where the story promptly died. Not one paper followed up on the revelations. I quickly drew some conclusions about the reach of the American intelligence agencies, they obviously had their tentacles all the way into the managing structures of the main Swedish media. Here is the whole story from which excerpts were published:

"My name is John Anderson, I was born in Sweden, emigrated to the United States in the 1970’s. During my youth I participated in anti Vietnam War demonstrations in Stockholm and saw Olof Palme as a political hero of mine. As we all know Olof Palme was assassinated in 1986 and the case is still unsolved although there is an abundance of theories about who and what was behind the assassination. Since the advent of the Internet I have been able to follow the news in Sweden about the continuing investigation while living in the United States slowly absorbing its culture and political secrets. This perspective of mine, gained over the last two decades, have led me to a simple conclusion. The responsibility for Olof Palme’s murder belongs with the CIA and the political network controlled by the American intelligence apparatus. In my hands I have a tape of a CIA “black bag operative” stating knowledge of a decision by the same apparatus to eliminate Palme using a South African operative. I believe this person to be telling the truth. How did I arrive at such a conclusion.

I grew up with a youthful admiration for all things American, not unusual in the late 50’s and early 60’s. As I gained more knowledge this was tempered by my distaste for US support of all “Tin Pot dictators” around the world and of course because of Vietnam. A defining moment in my life was the assassination of JFK in 1963. Since I came to the US I have studied this assassination a great deal and in the process discovered the truth about American democracy. Not only was there a coup d’etate in 1963, but the modern history of the USA is bunk, a myth propagated by the mastering of “public relations” at the service of a “Shadow Government” instituted in 1947 if not earlier.

In order to understand what has happened we need to go back to the 30’s. The Great Depression brought FDR to power and with him policies that were abhorred by the powers that be in the USA. Within a year of FDR’s ascent to the Presidency, large parts of the establishment were conspiring to overthrow FDR in favor of a fascist state. This is verifiable history, the coup failed because the general, who had been tapped to lead the overthrow balked. The media wouldn’t reveal the coup attempt since the economic elite was behind it. This same elite watched Hitler tame the depression by turning his countrymen against the Jews and establishing a war economy while profits were still low to nonexistent back home. They watched Hitler go down in flames and they decided that what was needed for the USA was a set-up like Hitler’s but concealed in such a way that the people would have no reason to object to fascist policies.

And this is exactly what they created in the years following WWII. The enemy was easy and right around the corner, world wide Communism, even better than the Jews, by now we know that the war economy lasted for a half century, it hasn’t petered out yet because there are always other enemies right around the corner. The public relations and other aspects of the new system fell to the newly created CIA, which has put its operatives in every elite media institution in such a clever way that the vast majority of the people have no idea that they are spoon fed only approved news.

Here, finally, are the reasons for all undemocratic policies the US has followed since WWII, the establishment knew of no other way of keeping a modern economy going but through the creation of a series of wars supported by the people through secret manipulation.

George Herbert Walker Bush was recruited by the CIA in the 50’s, he was part and parcel of the ”Bay of Pigs” invasion in 1961, he became CIA director in 1976 to protect the agency, he directed the efforts to defeat President Carter successfully through dirty tricks like sabotage of the Carter rescue mission to Teheran in 1979, he then closed a deal with the Iranians to delay the release of the American hostages so that Ronald Reagan would be elected, whereupon he wrestled the presidency away from Reagan with the help of the CIA. He continued the policies of wars for profit with deliveries of weapons to Iran, Iraq and the Contras.

Regarding Iran though, he had a problem, these deliveries had to be kept a secret because Iran was an enemy. In order to accomplish this he needed third countries to collude with him by allowing “end certificates” for weapons to be routed through their countries to Iran. And this is where Olof Palme met his destiny, he was approached about letting Bofors route American weapons to Iran through false “end certificates” and he refused. By this time the powers that be had policies in force to “align” wobbly and weak-kneed leaders of nations within the US sphere of influence. So Palme was “aligned” by a South African operative. There is no doubt that influential Swedish politicians know what happened as well as parts of the Swedish police, but they are precluded from revealing what they know through threats and their own powerlessness. As far as all the false leads leading nowhere, this is the specialty of CIA since JFK’s murder. They are masters at this game, the way they win is when people are so confused that they throw up their arms in defeat.The name of the CIA operative is Dois Gene Chip Tatum.

Later I sent the audio file with Tatum commenting on the murder, which ended up on the web page. Still not a word from the established Swedish media, although the site had hits approaching 50,000 per month. Recently this site had visits from 34 countries during one specific month, including visits from US military and government personnel!

Offline Setanta

  • Full Member
  • ***
  • Posts: 113
  • Gender: Male
https://wikileaksactu.wordpress.com/2013/04/29/george-h-w-bush-et-la-cia-etaient-derriere-lassassinat-dolof-palme-premier-ministre-suedois/

George H.W. Bush et la CIA étaient derrière l’assassinat d’Olof Palme, premier ministre suédois


 Par Anders Leopold, le 19 janvier 2013

Le journaliste suédo-états-unien John P. Anderson a étudié pendant onze ans l’assassinat de 1963 de John Fitzgerald Kennedy, ainsi que les méthodes opérationnelles et l’histoire de la CIA. Il pense que le meurtre d’Olof Palme (premier ministre suédois, assassiné en 1986, ndt) était une opération de la CIA.

Sa théorie est que le vice-président US de l’époque George Bush, ex-patron de la CIA et le patron de la CIA d’alors William Casey, se sont servi du président Ronald Reagan en fonction à l’époque, comme outil malgré lui de mise en œuvre de l’opération contre Palme.

La Commission Tower a investigué les opérations du National Security Council à la Maison Blanche. Ceci comprenait le scandale des Contras en Iran, qui a été rendu public en novembre 1986, et par la suite étoffé de jour en jour. La Commission fit la première d’une longue suite d’enquêtes qui, petit  à petit, en dévoilèrent beaucoup plus. Cependant, elles laissèrent le goût de trop peu, comme si beaucoup de choses avaient encore été laissées cachées.

LR (Leopold Report, site source, ndt) a d’ores et déjà commencé une série d’articles qui, étape par étape, révèlent qu’effectivement, le meurtre de Palme était le plus secret des secrets du scandale des Contras iraniens. (Pour plus d’infos – en anglais, suivre ce lien, ndt)

En fonction de ce qui est connu à ce jour, il y a de bonnes raisons d’accroire que le président Reagan ait aussi été maintenu dans l’ignorance de l’existence de l’opération Palme.

Le mobile de l’assassinat était très complexe, et relié aux nombreux domaines sur lesquelles les administrations Reagan et Palme se tenaient sur des trajectoires contraires. L’un de ceux-ci concernait les livraisons illégales par l’entreprise suédoise Bofors d’armements lourds et de munitions à l’Iran (en pleine guerre Iran/Irak – rappel, ndt), élément qui se révéla être partie prenante de l’affaire des Contras. À l’automne 1985, le médiateur de l’ONU pour la paix pour la guerre Iran/Irak et le premier ministre Olof Palme mirent fin aux livraisons desquelles il eut pris connaissance.

John P. Anderson était l’un des contestataires qui prirent la rue aux USA pendant la guerre du Vietnam. Tout comme nombre d’agents de la CIA qui, sur les bases de leur savoir acquis ont exposé les agissements d’un supposé gouvernement de l’ombre aux USA, Anderson a choisi d’utiliser un nom d’emprunt, pour assurer sa survie.

LR connaît la réelle identité d’Anderson. Contrairement à d’autres médias, nous laissons Anderson exprimer librement ses opinions, comme nous croyons en sa crédibilité. Son travail est basé sur de la documentation qui ne peut pas être publiée sur LR, aux fins de protéger ses sources ainsi que sa sécurité et celle de sa famille aux USA.

(Mis à jour le 19 janvier 2013) Par John P. Anderson

La responsabilité pour l’assassinat de Palme réside chez la CIA et le réseau politique mondial contrôlé par l’appareil de renseignements états-unien. J’ai tendance à penser que la CIA et George Bush sont les « méchants » ici. Bush a poursuivi ses politiques de guerres à bénéfices avec des livraisons d’armements à l’Iran, à l’Irak et aux Contras

Le premier ministre de la Suède, Olof Palme, fut assassiné en 1986 alors qu’il sortait d’un cinéma, aux alentours de 10 heures du soir avec sa femme. Olof Palme était sans nul doute un politicien controversé en Suède, étant devenu, dans les décennies précédant son assassinat, fameux même au-delà des frontières de la Suède. Il est devenu premier ministre social-démocrate pour la première fois à la fin des années 60, et avait alors déjà gagné une réputation sur la scène politique suédoise et une certaine notoriété sur celle des USA. Alors que le bourbier vietnamien s’engluait, Palme prit une position forte contre les politiques états-uniennes et mena même des manifestations contre la guerre du Vietnam à travers les rues de Stockholm. J’ai moi-même pris part à certaines de ces manifestations, bien que je n’aie pas aperçu le célèbre politicien.

L’assassin parvint à échapper à la scène du crime, courant par des petites rues jusqu’à un parc avoisinant.Dans les suites du meurtre, les autorités policières s’orientèrent vers la petite communauté kurde de Suède. Bientôt les journaux furent remplis d’histoires de menaces adressées à Palme par des extrémistes kurdes du fait de quelques actions menées par Palme ayant été considérées comme nuisibles à la cause kurde. Au bout du compte ces soupçons ne menèrent à rien et après quelques années un voyou suédois local, Krister Pettersson fut accusé du crime et par la suite en fut condamné. La sentence fit l’objet d’un appel devant la Cour Suprême suédoise qui ne tarda pas à libérer M. Pettersson du fait de manque de preuves. L’accusation tenta encore d’amener le suspect devant les tribunaux mais en fut empêchée par la même Cour pour des motifs similaires. De loin aux USA je suivais à l’occasion les événements, notant les pistes foisonnantes qui semblaient s’orienter un peu n’importe où. Certains éléments de la police suédoise devinrent suspects du crime, puis à nouveau les Kurdes, suivis d’autres coupables possibles tels « l’Opération Condor » chilienne, l’organisation terroriste européenne P2, les services de renseignement sud-africains du régime en apartheid, sans oublier l’extrême-droite indigène suédoise.

Quand j’entendis pour la première fois parler de l’assassinat j’étais sûr qu’il était politiquement motivé.. Je savais que Palme était détesté comme quelques autres politiciens en Suède par ses opposants, pour une part pour sa compétence mais surtout pour son style de débat tranchant et sarcastique qui laissait fréquemment ses adversaires en pièces. Mon propre père, un fermier, n’était pas fan de la sociale-démocratie en général, et Palme en particulier était pour lui comme une chemise rouge devant un taureau, le laissant souvent écumant d’indignation. Ce n’était pas tiré par les cheveux de croire qu’un Suédois fanatiquement politisé ait pu commettre cet acte. Mais je pensais que je savais que c’était atypique du comportement suédois que de perpétrer un tel crime politique brutal, les journaux se lamentèrent souvent, après coup, que la Suède avait désormais perdu son innocence, un peu comme avec la réaction US à l’assassinat de JFK.

Mes premiers soupçons se tournèrent inévitablement vers les services secrets US puisque je savais qu’ils n’auraient aucun scrupule à se débarrasser de Palme si cela servait leurs intérêts. De mes études sur’ l’administration Reagan je savais qu’il était hautement probable que la CIA ait saboté la tentative de sauvetage par Carter des otages états-uniens en Iran. L’opération vira au désastre avec des hélicoptères et des avions entrant en collision les uns avec les autres avent même qu’une opération sérieuse soit mise en route. J’étais sûr que les rumeurs sur la « Surprise d’Octobre » étaient fondées, puisque même un proche de Reagan avait confirmé que la campagne Reagan avait conclu un accord avec les mollahs de Téhéran pour retarder la libération des otages US, de façon à ce que le président Carter ne puisse pas s’en donner le crédit et gagner les élections de 1980.

Un ami à moi, qui s’était lassé de mon intérêt pour l’affaire JFK, suggéra que les meurtres politiques aux USA n’étaient pas grand-chose, même la Suède avait des politiciens éminents qui se faisaient assassiner. C’était à l’époque où l’accusation pourquivait toujours Krister Pettersson, le suspect libéré. Je me souviens avoir dû me mordre la joue, puisque je voulais répondre que le meurtre de Palme pouvait certainement être remonté jusqu’à la CIA et consœurs. Quelques années plus tard, mes soupçons avaient acquis une crédibilité considérable. Pendant mon survol des controverses politiques sur Internet, j’ai croisé un ancien agent de la CIA dont le nom est « Chip » Tatum, dont les révélations furent intéressantes, à tout le moins. Selon Tatum, les USA s’étaient vautrés dans les magouilles politiques pendant les années 80, la CIA avait financé les Contras avec des ventes de drogue dans des quartiers noirs ciblés et corrompu le Gouverneur de l’Arkansas d’alors, Bill Clinton, dans le même temps. Toutes ces activités étaient chapeautées par George H.W. Bush, le vice-président. Tout individu se tenant sur le chemin de cette opération criminelle se faisait sommairement éliminer. Mon sang n’a fait qu’un tour quand Tatum révéla que le premier ministre suédois, Olof Palme, avait été assassiné pour le compte d’une organisation secrète, l’OSG, qui avait un certain colonel Oliver North dans un rôle directeur. L’ultime chef de North était le vice-président George Bush.

J’ai rapidement tiré la conclusion que l’enquête sur l’assassinat de Palme était le même genre d’opérationde cover-up que l’avait été la Commission Warren. Il me semblait que la portée des agences de renseignement US s’étendait jusqu’aux plus hauts échelons de l’élite politique suédoise et de ses forces de police. Dans mon esprit j’imaginai des sites d’entraînement quelque part aux USA, où de naïfs politiciens suédois et des enquêteurs de la police étaient envoyés pour apprendre comment mener une enquête d’une telle façon que l’étouffement de l’affaire ait le moins de risque possible de se faire remarquer. J’ai le sentiment que leurs professeurs ont été quelque peu abasourdis de quelques déclarations hasardeuses d’élèves suédois éminents. Un enquêteur laissa échapper: « Si la vérité sur l’assassinat d’Olof Palme était jamais connue, elle secouerait la Suède jusqu’à ses fondations! » Un autre commenta: « Il vaudrait mieux que le meurtre de Palme ne soit jamais résolu. »

Un de mes soupçons autour des élections US de 1992, le fait qu’il avait dû y avoir quelque sorte de crapulerie politique derrière le retrait inexplicable du candidat Ross Perot à l’été 1992, s’avéra être fondé. « Salandria’s Law » suggérait fortement qu’une quelconque action de la part de la campagne Bush avait causé la sortie dommageable de Perot, et Tatum le confirma, en fait il révéla que cet épisode avait été le facteur déterminant dans son choix de quitter les activités de renseignement. Tatum avait été approché par l’OSG et Bush pour assassiner Perot, mais avait refusé, parce qu’il ne voulait pas être impliqué dans le meurtre de citoyens états-uniens, à l’inverse des citoyens étrangers. Il informa les officiels sous le choc qu’il avait amassé des preuves d’activités criminelles par les administrations Bush et Reagan dans au moins six pays, et que s’il ne pointait pas à certains moments prévus, ces récipiendaires devaient publier les documents. Il consentit à se laisser accuser de charges mineures de façon à obtenir un statut de délinquant qui puisse être utilisé contre lui si jamais il balançait ses infos, mais quand son épouse fut par la suite aussi emprisonnée, Tatum vida son sac quand-même. Depuis quelques années, il a totalement disparu de la scène, certains disent qu’il a conclu un accord avec l’establishment pour rester coi et d’autres qu’il a probablement été mélangé à du ciment et repose sur le fond de l’océan.

Début 1999, j’avais réussi à obtenir un enregistrement figurant « Chip » Tatum, où il dévoilait comment Palme s’était fait piéger et assassiner, et je me posais la question de savoir si cela valait le coup d’essayer d’alerter les journaux suédois au fait que ce précieux enregistrement existait. Je décidai d’écrire un article au sujet des nouvelles preuves et l’envoyai par email aux trois plus grand journaux suédois. Je me suis ensuite mis à attendre pour voir s’il y aurait une quelconque réaction. Je fus vite déçu, il n’y a eu aucune mention de cette nouvelle approche à l’enquête Palme, toujours en cours. En fait, d’autres points de vue cabotins apparaissaient fréquemment, mais la cassette de Tatum disparut dans les sombres recoins des journaux.

(Mais pas sur Leopold Report, où vous pouvez écouter la courte séquence où Gene Tatum parle du meurtre de Palme et pendant plus d’une heure sur son cadre: ici)

Une de ces histoires présentait le leader kurde, Ocalan, qui avec le concours de la CIA avait été capturé par les autorités turques et emmené en captivité en Turquie. Peu de temps après des rapports depuis la Turquie disaient qu’Ocalan racontait à ses geôliers que son ex-femme était derrière l’assassinat d’Olof Palme. J’ai dû rire en moi-même, la CIA et sa consœur turque n’avaient assurément pas perdu de temps pour sortir de la désinformation.

Plus tard je rencontrai un journaliste suédois à la retraite, qui avait monté un site web sur le meurtre de Palme. Ce journaliste, qui pendant sa carrière avait souvent rencontré Palme, était sur la bonne piste quand il pensait qu’il valait la peine de suivre l’approche de l’assassinat par la CIA. Je décidai de lui envoyer l’histoire que j’avais écrite pour les journaux suédois et visai juste. En l’espace de quelques jours il avait posté une version abrégée sur son site web, où l’histoire s’éteignit rapidement. Pas une seul journal n’a repris les révélations. J’ai rapidement tiré des concluions sur la portée des agences de renseignement US, ils avaient clairement des tentacules jusque dans les structures de direction des grands médias suédois. Voici toute l’histoire dont des extraits furent publiés:

    « Mon nom est John Anderson, je suis né en Suède, j’ai migré vers les USA dans les années 70. Pendant ma jeunesse j’ai pris part aux manifestations contre la guerre du Vietnam à Stockholm et voyais Olof Palme comme mon héros politique. Comme nous le savons tous Olof Palme fut assassiné en 1986 et l’affaire n’est toujours pas résolue bien qu’il y ait une abondance de théories sur qui était derrière l’assassinat, et quoi. Depuis l’avènement d’Internet j’ai pu suivre les nouvelles de Suède sur l’enquête en cours tout en vivant aux USA, y absorbant lentement la culture et les secrets politiques. Ce point de vue qui est le mien, acquis au cours des deux dernières décennies, m’a mené à une conclusion simple. La responsabilité pour le meurtre d’Olof Palme réside chez la CIA et le réseau politique contrôlé par l’appareil états-unien du renseignement. Entre mes mains je dispose d’une cassette d’un agent de terrain de la CIA affirmant sa connaissance d’une décision du même appareil pour éliminer Palme en se servant d’un agent sud-africain. Je crois que cette personne dit la vérité. Comment suis-je arrivé à une telle conclusion.

    J’ai grandi avec une admiration juvénile pour toutes choses états-uniennes, phénomène courant à la fin des années 50 et au début des années 60. Alors que j’acquérais des connaissances ceci fut refroidi par mon dégoût pour le soutien US à des « dictateurs en fer blanc » autour du monde et bien sûr à cause du Vietnam. un moment crucial dans ma vie fut l’assassinat de JFK en 1963. Depuis mon arrivée aux USA j’ai étudié cet assassinat en détail et ce faisant ai appris la vérité sur la démocratie états-unienne. Non seulement y a-t-il eu un coup d’état en 1963, mais l’histoire moderne des USA est fallacieuse, un mythe propagé par la maîtrise des « relations publiques » au service d’un « gouvernement de l’ombre » institué en 1947, sinon plus tôt.

    Afin de comprendre ce qui s’est passé nous devons remonter aux années 30. La Grande Dépression avait amené FDR (Franklin Delano Roosevelt, ndt) au pouvoir et avec lui des politiques honnies des pouvoirs en place aux USA. En moins d’un an de présidence de FDR, de grands pans de l’establishment conspiraient pour renverser FDR au profit d’un état fasciste. Ceci est de l’histoire vérifiable, le putsch a échoué parce que le général qui avait été choisi pour mener l’opération a hésité. Les médias ne voulaient pas révéler la tentative de putsch parce que l’élite économique en était responsable. Cette même élite observa Hitler mater la dépression en faisant se tourner ses compatriotes contre les Juifs et en établissant une économie de guerre pendant que les bénéfices au pays étaient toujours proches de zéro. Ils ont regardé Hitler descendre en flammes et ont décidé que ce qu’il fallait aux USA était une structure comme celle de Hitler mais dissimulée de telle façon que le peuple ne trouverait pas de raison de s’opposer à des politiques fascistes.

    Et c’est exactement ce qu’ils ont créé dans les années suivant la deuxième guerre mondiale. L’ennemi était facile et juste au coin du bois, le communisme mondial, encore mieux que les Juifs, maintenant nous savons que l’économie de guerre a perduré pendant un demi-siècle, elle ne s’est pas encore réduite parce qu’il y a toujours un nouvel ennemi attendant au virage. Les relations publiques et d’autres aspects du système échurent à la toute nouvelle CIA, qui a placé ses agents dans toutes les grandes institutions médiatiques d’une façon si maline que la vaste majorité des gens n’ont aucune idée qu’ils ne se font donner, à la cuillère, que des informations censurées.

    Voici enfin les raisons pour les politiques anti-démocratiques que les USA ont suivies depuis la deuxième guerre mondiale: l’establishment ne connaissait pas d’autre moyen de maintenir une économie moderne en marche que par la création d’une série de guerres soutenues par le peuple à travers une secrète manipulation.

    George Herbert Walker Bush fut recruté par la CIA dans les années 50, il fut pleinement acteur de l’invasion de la « Baie des Cochons » en 1961, il devint directeur de la CIA en 1976 pour protéger l’agence, il dirigea les efforts pour battre le président Carter par des coups bas tel le sabotage de la mission de sauvetage de Carter à Téhéran en 1979, il conclut ensuite un accord avec les Iraniens pour retarder la libération des otages US pour que Ronald Reagan soit élu, après quoi il arracha la présidence à Reagan avec l’aide de la CIA. Il a poursuivi les politiques de guerres à bénéfices avec des livraisons d’armes à l’Iran, à l’Irak et aux Contras.

    Au sujet de l’Iran par contre, il a eu un problème, ces livraisons devaient être gardées secrètes parce que l’Iran était un ennemi. Afin de réussir cela il avait besoin de pays tiers pour se coopter avec lui en autorisant des « certificats de livraison » pour des armes devant transiter par leurs pays vers l’Iran. Et c’est là qu’Olof Palme a rencontré son destin, il fut approché pour laisser Bofors faire transiter des armes US vers l’Iran avec de faux « certificats de livraison » et il a refusé. À l’époque les pouvoirs en place avaient des politiques en cours pour « aligner » les dirigeants faibles et pusillanimes des nations dans la sphère d’influence états-unienne. Donc Palme fut « aligné » par un agent sud-africain. Il n’y a pas de doute que des politiciens suédois influents savent ce qui s’est passé ainsi que des éléments de la police suédoise, mais ils sont empêchés de dire ce qu’ils savent à cause de menaces et de leur propre impuissance. Pour ce qui est de toutes les fausses pistes ne menant nulle part, c’est la spécialité de la CIA depuis le meurtre de JFK. Ils sont maîtres à ce jeu, leur façon de gagner est quand les gens sont si perdus qu’ils baissent les bras par dépit. Le nom de l’agent de terrain de la CIA est Dois Gene Chip tatum.

Plus tard j’ai envoyé le fichier audio avec Tatum commentant le meurtre, qui a fini sur la page web. Toujours pas un mot des médias suédois établis, bien que le site enregistre près de 50000 visites par mois. Récemment ce site a reçu des visites de 34 pays en un seul mois spécifique, incluant des visites de militaires US et de fonctionnaires du gouvernement!

Source: http://www.leopoldreport.com/JohnA.html

http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,18790.0/topicseen.html

TrxiZ

  • Guest
From a Mail i had a talk about that case.

The Palme-killer is known by name; he's Swedish. The chain of evidence is gapless. The CIA was no more than associated with this, but not actively operating; associated via the Stay-behind structures (keyword: Gladio) which also existed/exist in Sweden. The motive behind this were the weapon's deals which were being made at that time (Bofors). In this respect, this case is very much like the case of Barschel. ...... ..... No, you can publish that. The killer's name is Anti Avsan, today he's a member of the Swedish parliament, and soon he'll be a member of the european parliament. He used to be a policeman (at the time of Palmes), then  became a prosecutor and finally a judge. A few seconds before the crime was committed, witnesses at the crime scene recognized him. He's known to be a racist and nazi and used to be part of the infamous "Baseball-League", which as a group was responsible for this crime. In spite of his unmistakeable identification he has never been investigated; he was exposed by journalists.

from a Journalist

text was translated from german to english
« Last Edit: May 01, 2013, 12:33:56 PM by T®²³ »

Offline kimono

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 779
so if a journalist and people recognized him, why is there no article in the swedish media? why nobody is talking about that today in the newspapers?... there's no possibility for the justice to re-open a case?
"Les hommes qui ont vécu dans les laboratoires n'imaginent guère que les partis extrêmes" -
"Men who lived in the laboratories can hardly imagine anything else than extreme parties" (Louis Aragon, 1897-1982)

TrxiZ

  • Guest
journalists investigated that case from what I know there is a topic in ther german language board.

I do not know much about the swedish media even not sweden.
important to get attention on this is to talk about that issue as often u can maybe some media will hear you.

Offline Setanta

  • Full Member
  • ***
  • Posts: 113
  • Gender: Male
Well, I just discovered the "show new replies to your posts" link...!  :P

It won't be easy to reopen the case, but thanks for the information; I reposted the article on the French site Mediapart http://blogs.mediapart.fr/blog/will-summer/290413/george-hw-bush-et-la-cia-etaient-derriere-l-assassinat-d-olof-palme-premier-ministre-suedois so more people couls get a look at it, but there hasn't been much reaction...