Author Topic: Autriche-Un ex-ministre souhaite la création d'une "bad bank"/HAAG  (Read 1650 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline mayya

  • Administrator
  • *****
  • Posts: 7874
Autriche-Un ex-ministre souhaite la création d'une "bad bank"
mercredi 5 juin 2013 16h18


VIENNE, 5 juin (Reuters) - L'Autriche a besoin d'une structure de défaisance pour absorber les actifs douteux de certaines de ses banques et éviter des démantèlements désordonnés qui feraient peser un lourd fardeau sur le contribuable, a déclaré mercredi un ancien banquier et ministre des Finances social-démocrate.
Hannes Androsch, qui dirige aujourd'hui l'agence autrichienne chargée de l'aide publique aux banques, plaide pour une action déterminée de restructuration du système bancaire.


Le Parti social-démocrate (SPÖ), qui dirige la coalition au pouvoir, privilégie la solution d'une "bad bank" détenue majoritairement par des investisseurs privés de manière à ce que ses dettes ne soient pas intégrées dans celle de l'Etat.
"C'est une solution intelligente qui évite (d'augmenter la dette de l'Etat) et laisse plus de temps pour régler les choses, avec pour but de réduire les pertes dans l'intérêt des contribuables", a déclaré Hannes Androsch.


Une structure de défaisance devrait ainsi faciliter le retour dans le privé des banques nationalisées après la crise financière, telles que Hypo Alpe et Kommunalkredit.
L'actuelle ministre des Finances Maria Fekter, membre du Parti populaire autrichien (ÖVP), se montre quant à elle plutôt réticente à cette solution, qui pourrait compromettre ses espoirs de dégager un excédent budgétaire d'ici 2017.


Les banques elles-mêmes ne sont pas très enthousiastes à l'idée d'une "bad bank", mais l'expérience d'autres pays comme les Etats-Unis montre que des mesures coercitives produisent souvent des résultats, ajoute l'ancien ministre des Finances.


Le chancelier autrichien Werner Faymann a estimé la semaine dernière que le seul démantèlement de la banque Hypo Alpe Adria pourrait coûter jusqu'à sept milliards d'euros. Il avait provoqué la colère du secteur bancaire en proposant aux banques de participer au financement de sa liquidation. (voir )


L'Autriche tente de céder les filiales opérationnelles de la banque, prise dans la tourmente financière après avoir mené une stratégie d'expansion rapide en Europe du sud, et de fermer d'autres activités de l'établissement de crédit.


La Commission européenne fait pression pour un démantèlement de la banque avant la fin de l'année ou pour qu'elle rembourse plus de deux milliards d'euros d'aides de l'Etat mais Hypo Alpe Adria réclame un délai pour ne pas être contrainte à des cessions précipitées. (Michael Shields; Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Marc Joanny)


© Thomson Reuters 2013 Tous droits réservés.

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0EH2NW20130605