The WikiLeaks Supporters Forum

General Discussion => Anonymous => Barrett Brown => Topic started by: mayya on February 22, 2014, 09:46:52 AM

Title: La Revue Carcérale des Arts et des Lettres de Barrett Brown:Secrets, Illuminati
Post by: mayya on February 22, 2014, 09:46:52 AM
Disclaimer : This article has been translated by a volunteer translator. Neither WikiLeaks nor The WikiLeaks Discussion Forum shall be held accountable for errors. The reader is welcome to check him/herself the original source linked below, and to comment if there is an error or misinterpretation. If an error is identified we shall endeavour to correct it.
 
Avertissement : cet article a été traduit par un traducteur bénévole. Ni WikiLeaks ni le Forum de Discussions WikiLeaks ne peuvent être tenus responsables d’erreurs éventuelles. Le lecteur est invité à vérifier lui / elle-même la source originale via le lien ci-dessous, et de nous aviser en cas d’erreur ou d'une mauvaise interprétation. Si une erreur est signalée, nous nous efforcerons d'y remédier.
 
Traducteur :mayya



http://www.wikileaks-forum.com/barrett-brown/494/the-barrett-brown-review-of-arts-and-letters-and-jail-secrets-of-the-illuminati/27422/msg59125#msg59125


http://frontburner.dmagazine.com/2014/01/31/the-barrett-brown-review-of-arts-and-letters-and-jail-secrets-of-the-illuminati-or-yay-cookies/



31.01.2014| PAR BARRETT BROWN

La Revue Carcérale des Arts et des Lettres  de Barrett Brown :

Les Secrets des Illuminati, ou Chic des cookies !


(http://freebarrettbrown.org/wp-content/uploads/768x200xfree-barrett-brown_banner.png.pagespeed.ic.Pe0C7vk1_D.png)

Fin 1990, il y avait environ 65.000 détenus dans le système carcéral fédéral américain. Fin 2010, il y en avait 210.000. Durant cette même période, le nombre total de détenus dans les prisons d’État a augmenté de moins de la moitié de ce taux. On pourrait en conclure de deux choses l'une: soit le ministère de la Justice a eu raison, soit il a eu tort.


Il s'avère que le procureur général américain Eric Holder en personne a concédé l'année dernière que c'était la deuxième possibilité, et d'annoncer de nouvelles politiques pénales destinées à réduire légèrement ces chiffres au cours des prochaines années. Il s'agit d'une action particulièrement raisonnable compte tenu du fait que la plupart des personnes qui reçoivent des peines de prison dans les tribunaux fédéraux ne sont pas réellement des criminels au sens traditionnel du terme. C'est-à-dire que très peu d'entre eux se sont rendus coupables d'avoir ficelé des jeunes filles sur des voies ferrées ou d'avoir tabassé des hommes d'affaires avec des gourdins pour les agresser dans des ruelles ou autre chose de même nature ; ces méchants traditionnels ont plutôt tendance à être incriminés par les différents États , qui ont des livres de lois couvrant la criminalité pure et simple lorsque des victimes sont concernées. Au contraire, la grande majorité de ceux qui sont enfermés dans un établissement fédéral ont été arrêtés pour avoir fait des choses qui seraient parfaitement légales si les États-Unis opéraient réellement en vertu d'un libéralisme de marché plutôt que le patchwork néo-mercantiliste débile qui nous a été légué par, dirons-nous, l'histoire .
 

Dans les trois différents centres de détention dans lesquels je me suis tourné les pouces ces derniers temps, la majorité de mes codétenus étaient des travailleurs mexicains qui se sont seulement rendus coupables de passer d'un endroit où leur productivité, mesurée en vrai dollars, était faible, à un autre endroit où leur production était plus élevée, le tout conformément à l'osmose naturelle du marché. Dans certains cas, les « Mexicains » en question ont en fait été élevés aux États-Unis depuis tout pe*, parlent mieux l'anglais que l'espagnol, et sont par ailleurs impossible à distinguer de la grande masse des Hispaniques américains. Mais juste parce qu’ils vivent dans le pays dans lequel ils ont passé presque toute leur vie, ils sont arrêtés et expulsés au Mexique, un pays qu'ils ne connaissent pas. S'ils retournent aux États-Unis - et bien sûr, ils le font, car ils y ont leurs familles et leurs vies - ils sont arrêtés et incarcérés dans les prisons fédérales. Pour beaucoup des « Mexicains » que j'ai rencontrés, ils en sont à leur troisième ou quatrième condamnation , chaque «crime» successif augmentant la longueur de leur peine de prison . Naturellement, tout cela se fait à grands frais pour ce même public américain qui a permis cet état de faits - cela veut dire qu'au moins un certain degré de justice est atteint, bien que par accident .


Bien sûr, des cas comme ceux-ci sont quelque peu sur-représentés ici dans le Sud-Ouest, où tant de Mexicains insistent encore inexplicablement à fouler le sol que les États-Unis ont à juste titre volé à leur pays d'origine il y a des générations. A l'échelle nationale, une légère majorité de détenus fédéraux sont là pour avoir vendu de la drogue. Je ne sais pas ce que je pourrais rajouter aux raisons pour la dépénalisation que ne connaisse déjà par cœur tout élève intelligent et raisonnable de 6ème. Au lieu de cela , je dirai seulement que si tous ceux qui ont violé les lois étatiques ou fédérales pour possession ou vente de drogues devaient être attrapés et poursuivis, des dizaines de millions de citoyens américains devraient être en prison et des dizaines de millions d'autres devraient être en liberté surveillée . C'est ainsi que la survie de notre nation au-dessus du niveau de celui d'une zone de goulag néo-stalinien est entièrement dépendant de nos lois qui ne sont pas appliquées d'une manière efficace.
Dansl'ensemble, cet état de police constitutionnel, c'est un système américain particulièrement étrange que nous avons créé.


***

Mais qui sont ces « détenus fédéraux », comme on les appelle, ceux qui ont été largement sur-condamnés par le passé, d'après l'admission récente de notre Eric Holder ? Ci-dessous vous trouverez un échantillon de ceux avec qui j'ai vécu en contact etroit pendant un an dans la taule surpeuplée de Mansfield , Texas , avant d'être transferé là ou je me trouve en ce moment, à Seagoville .


Black,comme il aimait à être appelé, était un grand type noir qui vivait dans ma cellule pour huit et passait la plupart de son temps à faire des exercices complexes tout en chantant des chansons de rap avec son casque radio sur la tête. Il en résultait qu'il était souvent ésoufflé , et ne chantait que des extraits de ces chansons, de sorte que je devais essayer de deviner les thèmes spécifiques, la structure et le sujet de chaque chanson à partir de ces fragments plutôt obscurs et à demi-marmonnés. À savoir :


"Pfft, pfft , marmonne marmonne marmonne qui déborde , Saint Graal ! "
ou
"Te fais ressentir ... pfft , pfft ... un certain genre de chemin! "
Jecrois que ces morceaux étaient très populaires , car il les chantait plusieurs fois par jour, même pour s'endormir:

"J'ai des ... putes avec moi ... trop ... ZZZZZZ "


Le Type Mexicain Qui Ressemblait à une Version Mexicaine de George Stephanopoulos était un gars mexicain qui ressemblait à une version mexicaine de George Stephanopoulos. Je n'ai jamais su son vrai nom RayRomano était un type blanc qui parlait et ressemblait presque exactement au comédien et vedette de sitcom Ray Romano. Nous étions tous plutôt soulagés lorsqu’il a pu payer sa caution et partir.


Trucker, on l’appelait comme ça parce qu’il avait été arrêté avec un 18-roues rempli de marijuana de basse qualité, il était Portoricain qui passait une grande partie de sa journée à regarder la télé et à boire du café. Pendant un temps, j'étais le seul homme blanc dans notre tôle de 24 hommes , et à plusieurs reprises, quand une personne de race blanche apparaissait inopinément à la télé, Trucker montrait l'écran du doigt et disait «Brown , c'est toi!». Ce n'était pas nécessairement quelqu'un qui me ressemblait non plus ; ce pouvait être Wolf Blitzer ou Regis ou n'importe qui. Une fois, je suis passé à la télé à la suite d'une comparution au tribunal, mais Trucker n'a pas dit un mot.


Flamboyant Gay White Guy est arrivé un jour à cause d'une inculpation pour drogue. Lorsque nous avons reçu nos casse-croûtes de midi ce jour-là, il a regardé à l'intérieur de son sac en papier marron, vu qu'il y avait des cookies, et s'est écrié: «Chic, des cookies !»
Tioétait un mexicain ventru avunculaire, qui était accusé d'avoir revendu de la cocaïne . Au moins une fois par jour , Tio me confrontait avec son pouce et son index , formant un «pistolet» et donc «me tenait en joue» jusqu'à ce que je lève les mains en l'air en signe de reddition , et alors il hochait la tête d'un air entendu et plaçait son arme invisible dans l'étui invisible qu'il portait au côté . Cela a duré pendant des mois jusqu'à ce qu'un jour, je riposte en sortant deux pistolets invisibles des étuis invisibles que j'avais commencé à faire semblant de porter dans ce but même et à ce moment-là il a levé les mains en signe de soumission. Lorsque vous êtes enfermé dans le milieu carcéral du système fédéral des pseudo- criminels non-violents, chaque jour est un combat imaginaire pour survivre.

***


Il y a pas mal de ce que l'on pourrait appeler «la littérature conspirationniste» qui se promène dans les différentes prisons que j'ai fréquentées. Plutôt que de traiter de complots réels, et maintenant vérifiés, sur lesquels on devrait être informés - COINTELPRO du FBI , CHAOS de la CIA , MKUltra et Mockingbird et ( mon préféré ) Gladio - ces livres ont tendance à s'intéresser presque exclusivement à des inepties, attribuant beaucoup des manigances secrètes de cette planète à l'organisation défunte des Illuminati, qui un temps effraya les inspecteurs de police dans la Bavière du 18e siècle, mais qui n'a jamais vraiment accompli quoi que ce soit de notable et qui a probablement fait long feu quelques années après sa création. Cela est bien regrettable d'un point de vue éducatif, mais personnellement, j'ai plutôt de la chance , car je suis un amateur de tracts Illuminati de mauvais goût, et j'ai trouvé quelques spécimens de première. Voici un passage particulièrement croustillant de l'un d'eux intitulé Illuminati : Réalité ou Fiction, écrit avec une perspective chrétienne fondamentaliste :


« Les Illuminati possèdent peut-être toute la vérité , ou ils peuvent en posséder une partie et pensent qu'ils la possèdent dans son intégralité, comme un aveugle qui saisit la queue d'un éléphant et pense que c'est un éléphant , ne sachant pas qu'il ne tient qu'une petite partie d'un éléphant et ne peut même pas imaginer ce qu'est vraiment un éléphant, en fonction de la petite partie qu'il tient dans sa main. »



J'ai été surpris et un peu déçu quand cette phrase s'est finalement terminée; par sa propre logique interne, il n'y avait vraiment aucune raison pour qu'elle ne continue à jamais. Mais bien plus que le style inimitable dans lequel il est écrit, ce que j'ai le plus apprécié dans ce livre c'est la partie dans laquelle l'auteur jette un regard sceptique sur certains des commentateurs potentiellement moins crédibles de la théorie Illuminati :


« Bien qu'il soit certes possible que Schnoebelen fut un sataniste et franc-maçon de haut niveau, ou même un membre des Illuminati, il faut considérer ses affirmations regardant son état de vampire comme étant à 100 % complètement frauduleuses , et ses prétentions d'avoir eu des relations sexuelles avec un ange déchu comme hautement suspectes et peu probables.»


Après avoir lu le passage en question, je suis en mesure de confirmer que tout ça est vraiment bien suspect.

***

Verset biblique du jour: Deutéronome 23:01
«Personne dont les testicules ont été écrasées ou dont l'organe mâle a été coupé n'entrera dans l'assemblée de l'Éternel . "

***




(Note de l'éditeur : cet article est le numéro 2 dans la série «LaRevue des Arts et des Lettres en Prison par Barrett Brown)