Author Topic: "Adnan Latif, le visage de la détention illimitée, meurt à Guantanamo".  (Read 2438 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Dragonfly84

  • Member
  • *
  • Posts: 37
  • Gender: Female
Original Forum URL : http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic, 14523.0.html
Original Publisher URL : http://www.ccrjustice.org/newsroom/press-releases/adnan-latif-%E2%80%93-face-of-indefinite-detention-%E2%80%93-dies-guant%C3%A1namo
Translated by Dragonfly 84

This article has been translated by a volunteer translator. Neither WL or The Official WikiLeaks Forum shall be held accountable for errors. The reader is welcome to check him/herself the original source linked below, and to comment if there is an error or misinterpretation. If an error is identified we shall endeavour to correct it.


Adnan Latif, le visage de la détention illimitée, meurt à Guantanamo.

Le CCR impute cette tragédie aux tribunaux et à Obama.

[email protected]

Le 11 septembre 2002, à New York, le Center for Constitutional Rights a publié la déclaration suivante en réponse à l’annonce aujourd’hui du ministère de la défense de la mort d’Adnan Latif à Guantanamo. C’est le neuvième homme à mourir depuis l’ouverture de la prison, et le quatrième depuis l’arrivée au pouvoir du Président Obama.

Adnan Latif est le visage humain de la détention illimitée à Guantanamo, une politique qui est maintenant entre les mains du Président Obama. M.Latif, détenu sans inculpation ni jugement, est mort tragiquement, une mort personnelle, seul dans une cellule, à des milliers de kilomètres de chez lui, plus d’une décennie après son enlèvement et sa déportation à Guantanamo Bay. Comme les autres hommes, M.Latif avait entamé des grèves de la faim pendant des années pour protester de son innocence. Ses protestations furent vaines.

Rien, en effet, ne justifiait la détention d’Adnan Latif. Bien que le ministère de la justice du Président Obama sache qu’il était innocent, il a fait appel de la décision du Tribunal de District ordonnant sa libération plutôt que de le renvoyer chez lui au Yémen. Le président a imposé un moratoire sur tous les transferts vers le Yémen, ce qui explique pourquoi plus de la moitié des détenus restants sont Yéménites.

Adnan Latif a été détenu indéfiniment, et finalement à vie, non pas en raison de sa conduite, mais de sa nationalité yéménite. Lorsque le circuit DC (juge d’appel fédéral) a infirmé l’ordonnance de mise en liberté d’Adnan Latif, une opinion fortement dissidente a critiqué la majorité, lui reprochant non seulement d’avoir « changé les règles du jeu mais d’avoir arbitré en faveur du gouvernement ». Au bout du compte, la Cour suprême des Etats-Unis est restée enfermée dans sa tour d’ivoire, ignorant le plaidoyer d’un homme innocent ainsi que la promesse d’un « examen sérieux» de son cas. Ils ont tous une part de responsabilité dans le destin de cet homme innocent.

La mort d’Adnan Latif est un brutal rappel qu’enfermer quelqu’un pendant plus d’une décennie sans prévoir de terme porte préjudice à l’être humain de façon irrémédiable. Des hommes mourront encore inutilement à moins que le président Obama ferme enfin la prison. La mort d’Adnan Latif doit être un appel à reprendre les transferts et mettre fin à cette sombre période.

Le Center for Constitutional Rights mène la bataille concernant Guantanamo depuis dix ans. Il a représenté des clients dans deux cas à la Cour suprême et a organisé et coordonné des centaines d’avocats pro bono à travers le pays, veillant à ce que presque tous les hommes détenus à Guantanamo aient eu la possibilité d’une représentation légale. Parmi les cas de Guantanamo, le Centre représente les familles d’hommes morts à Guantanamo, et les hommes qui ont été libérés et qui sont en quête de justice dans les tribunaux internationaux. En outre, le CCR a œuvré par voies diplomatiques à réinstaller les hommes qui restent à Guantanamo parce qu’ils ne peuvent pas retourner au pays de crainte d’être persécutés ou torturés.

Le Center for Constitutional Rights se consacre à promouvoir et à protéger les droits garantis par la Constitution des Etats-Unis et la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Fondé en 1966 par des avocats qui représentaient des mouvements de droits civiques dans le Sud, le CCR est un organisme éducatif à but non lucratif qui entend utiliser de façon créative le droit pour s’en servir comme force positive de changement social.
« Last Edit: October 18, 2012, 04:23:06 AM by Arduenna silva »
'The only way to deal with an unfree world is to become so absolutely free that your very existence is an act of rebellion.' Albert Camus