Author Topic: Traduction: Honduras: Le président nie l'existence d'un pacte secret avec Chavez  (Read 1967 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Irien

  • Sr. Member
  • ****
  • Posts: 322
Honduras: Le président nie l'existence d'un pacte secret avec Chavez

This article has been translated by a volunteer translator. Neither WL nor The Official WikiLeaks Forum shall be held accountable for errors.  The reader is welcome to check him/herself the original source linked below, and to comment if there is an error or misinterpretation. If an error is identified we shall endeavor to correct it.

Translated by Irien.



Rendu public (par WikiLeaks) le 09/09/2012 00,00 GMT

Mail ID: 1381952
Date: 07.06.2011 16h58
De: [email protected]
A: [email protected]
Liste de diffusion: [email protected]

Lobo:  « Il n'y a aucun pacte secret avec Chavez »
6 Juin 2011 (mais mis à jour aujourd'hui)

http://www.laprensa.hn/Apertura/Ediciones/2011/06/07/Noticias/Lobo-No-hay-ningun-pacto-secreto-con-Chavez

Le Président  de la Republique Porfirio Lobo Sosa est arrivé à l'heure hier à la capitale El Salvador pour partager un déjeuner diplomatique avec les ministres des affaires étrangères des pays membres de l'Organisation des Etats Américains (OEA)

Le Honduras a à nouveau accaparé toute l'attention à la 41ème Assemblée Générale qui se déroule à El Salvador et les moyens de communication nationaux et internationaux se sont concentrés sur la visite de Lobo Sosa.

D'abord, le dirigeant Hondurien s'est réuni en privé avec le Président Salvadorien, Mauricio Funez, dans les locaux du Ministère des Affaires Etrangères pour ensuite se réunir avec les ministres des affaires étrangères d'Amérique.

Le dirigeant à parlé à La Prensa quelques minutes après une réunion bilatérale avec la délégation des Etats Unis, représentée par le secrétaire adjoint du Departement d'Etat, William Burnes, et le secrétaire aux Affaires de l'Hémisphère Occidental, Arturo Valenzuela

« C'est un mensonge ce qu'on dit, que j'ai un pacte secret avec Chavez, c'est un mensonge, il n'y a aucun accord secret avec le Président. Il y a quelques sujets qui sont débattus, et on peut me dire de mettre la pression aux gens, et moi je dis que je n'ai pas été élu pour mettre la pression aux gens on m'a élu pour que nous nous réconcilions tous et unir le Honduras » a déclaré Lobo, questionné sur le fait de savoir s'il était vrai, comme l'a dit l'ambassadeur des Etats Unis à l'OEA Roger Noriega, qu'il existait un pacte secret entre Lobo et le Président du Vénézuela, Hugo Chavez sur l'accord de Carthagena de Indias, (Il s'agit de l'accord par lequel le Honduras a réintégré l'OEA en Mai 2011, et l'ancien président Zelaya a été ré admis dans son pays, Il a été signé dans la ville colombienne de Cartagena de Indias NdT)



Les Etats Unis ne nous ont pas abandonnés.

Le dirigeant Hondurien a exprimé ses remerciements. Il a spécialement remercié les Etats Unis pour l'avoir toujours soutenu depuis qu'ils lui ont octroyé l'écharpe présidentielle dans le Stade National de Tegucigalpa.
 
« Le gouvernement des Etats Unis a  toujours été avec nous depuis le début de mon gouvernement.   Beaucoup de pays nous ont aidés à solutionner cette crise, et c'est pour cela que suis venu les remercier, logiquement je leur ai  expliqué un peu le contexte parce que parfois on ne sait pas que la  crise politique qui s'est déroulée était un coup d'Etat pour les  uns et une succession pour les autres, Quel que soit le nom qu'on  lui donne, ce qui c'est passé était quelque chose d'anormal », a dit le Président.

Sur la réunion avec les fontionnaires du Département d'Etat des Etats Unis, le président Lobo a expliqué qu'ls avaient parlé de thématiques de sécurité et du secteur agricole, et qu'il leur a demandé de continuer à l'aider et de renforcer les mécanismes pour que le Honduras ait une plus grande         capacité d'investigation.

" Nous avons aussi parlé de Droits de l'Homme, S'il est certain que, au Honduras nous n'avons pas une politique d'Etat qui les met en péril, sur ce terrain aussi, nous avons besoin d'aide, et ils ont promis d'aider dans la recherche de possibles violations, Le gouvernement n'a pas la capacité d'investigation nécessaire pour dire que ceux-ci ou ceux-là sont les responsables et c'est tout, »a affirmé Lobo Sosa pendant le temps qu'il a accordé à La Prensa.
      


Pourparlers avec l'Equateur

Nous avons demandé au président Lobo Sosa s'il avait discuté avec l'ambassadrice d'Equateur à l'OEA  Maria Isabel Salvador pendant le déjeuner avec les ministres, chose qu'il a confirmée,
        
« Oui, j'ai parlé avec la représentante de l'Equateur, nous allons continuer à avancer, nous allons  continuer à travailler, eux ils ont leurs critères. Ce qui nous réjouit, c'est que quand l'exclusion a été levée, on n'a pas imposé de conditions au Honduras, Le pays a des droits égaux à ceux des autres pays,  quelle que soit la capacité économique qu'il a, et pour nous, comme je l'ai dit aujourd'hui les exigences bilatérales étaient fermées, nous sommes ouverts à la discussion sur toute demande ou objection de l'OEA, mais qu'on exige de nous des choses, non, Je ne peux pas imposer à un autre Etat comment il doit faire les choses; n'oublions pas que le droit à l'autodétermination des peuples est sacré,     
        
Et il est vrai que le message que Lobo Sosa a transmis aux ministres lors du déjeuner a été clair et concis « Je viens sincèrement vous remercier de votre soutien, Comptez sur notre volonté et  désir, maintenant que nous sommes de retour dans l'OEA, de renforcer nos relations » a dit Lobo aux 23 ministres sur 34 qui participent à la 41ème Assemblée,        
        


Ce qui d'après Lobo, s'est passé le 28       
                
Après les avoir remerciés pour leur soutien, le président Lobo a demandé aux ministres un bref moment pour leur expliquer ce qui c'est passé le 28 Juin 2009 au Honduras. Au déjeuner privé où les médias n'avaient pas accès, La Prensa est parvenue a obtenir le discours complet du dirigeant,

« Je voudrais vous parler un peu de la situation compliquée qui est arrivée au Honduras. Une période très difficile, compliquée.Je voudrais que nous nous concentrions bien sur ces themes. En 2009, une crise politique au Honduras a déclenché un coup d'Etat. Moi qui vous parle aujourd'hui, j'étais dans l'opposition, nous ne faisions pas partie du gouvernement, qui était dirigé par le Parti Libéral, celui du président Zelaya et du président Micheletti.

La crise est arrivée , ce que nous espérions était que les élections puissent avoir lieu. Depuis ce moment, nous avons reçu tellement d' accusations, et je dis  que nous n'avons rien, absolument rien à voir avec le coup d'Etat du 28 Juin, » a déclaré le président Lobo.

Avec l'attention totale des ministres et du secrétaire général de l'OEA, Jose Miguel Insulza, Lobo Sosa a continué: "Cette crise politique a éclaté entre le président de la république et celui du Parlement, du même parti. Moi, je ne suis ni d'un bord ni de l'autre, ils font partie du même groupe, et c'est pour cela que j'ai proposé au peuple Hondurien la paix et la réconciliation.

Ma position idéologique est  le Parti National, un parti chrétien_démocrate. Pour terminer, je partage avec vous un message de Jean Paul 2: chercher d'abord ce qui nous unit, et ensuite ce qui nous désunit, aujourd'hui, je suis le président du Honduras, en 2014 il y aura un nouveau président, ou une présidente. Cherchons ce qui nous unit. Merci." a dit le président.



Au centre de l'attention

La première session plénière  de la 41eme Assemblée à été inaugurée par le secrétaire général de l'OEA, Jose Miquel Insulza, au parc des expositions international de la capitale Salvadorienne.

Le ministre des affaires étrangères Salvadorien, Hugo Martinez, a été élu président de l'Assemblée, à laquelle assistent 22 ministres des affaires étrangères d'Amérique. Le président Lobo a participé au déjeuner qu'a offert Martinez aux chefs de délégation, pour remercier personnellement pour la réintégration de son pays.



Unis contre la violence

Le ministre des relations extérieures du Honduras, Mario Canahuati a débuté son intervention par des remerciements aux états membres pour les manifestations de bienvenue lors de sa récente réintégration dans l'OEA..

« Nous, les Honduriens nous avons toujours vu l'OEA comme une partie de nous, comme une expression inhérente de notre vie institutionnelle, et à cause de cela notre participation pleine et entière en son sein est un motif de profonde satisfaction. »

Canahuati s'est référé au "Plan intégral pour la securité des Personnes" dont s'est doté le Honduras,et il a rappelé que « le gouvernement a décidé d'augmenter ses dépenses dans le domaine de la sécurité malgré la cride financière et économique internationale »


Le diplomate a lancé un appel pour pouvoir compter sur l'aide d'autres acteurs de la société, comme l'entreprise privée, les médias, et la société civile afin de trouver des réponses concrètes a ces défis.



Les Etats Unis pourraient envisager de restituer les visas suspendus pendant la crise.

San Salvador. Les hommes politiques et fonctionnaires à qui on avait supprimé les visas pendant la crise politique pourraient les récuperer.

L'ambassadeur du Honduras aux US et de l'OEA, Jorge Ramon Hernandez Alcerro, a déclaré à des médias honduriens à El Salvador qu'il considère qu'après la normalisation des relations diplomatiques du pays et de sa réintégration à l'organisation continentale, la porte était ouverte pour la retitution des visas d'entrée dans ce pays.

"Il me semble que nous sommes dans une nouvelle étape, et qu'il est possible que les Etats Unis veuillent procéder à une révision de cette sitation" a t il déclaré. Les personnes privées de visa sont l'ex président Roberto Micheletti, des membres de la Cour Suprême  des chefs d'entreprise et des députés.



Valenzuela joue la vedette de la journée à l'assemblée.

San Salvador. Le secrétaire d'Etat  adjoint des US pour l'amérique latine, Arturo Valenzuela à hier joué le rôle de la vedette du jour  de la 41ème Assemblée en étant poursuivi par une nuée de journalistes à la recherche de déclarations. Il sortait de réunion pleinière et se rendait à un endroit qu'il ne souhaitait pas révéler: les toilettes.

Voyant Valenzuela sortir de la salle où s'étaient réunis les 22 ministres et les représentants des pays participants, à laquelle la presse n'a pas accès, les journalistes ont commencé à le suivre. Valenzuela, accompagné par un attaché de presse du Département d'Etat des Etats Unis les assurait qu'il allait faire des déclarations, "....mais après"

Les journalistes incrédules ont continué à le poursuivre...jusqu'aux toilettes.


Lien vers le mail sur WL.org: http://www.wikileaks.org/gifiles/docs/1381952_-os-honduras-6-6-president-denies-secret-pact-with-chavez-.html

Lien vers l'article sur le forum: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,14566.0.html