Author Topic: Déclaration de Julian Assange après six mois à l’ambassade de l’Equateur (Noel 2  (Read 1385 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline epug

  • Member
  • *
  • Posts: 17
Déclaration de Julian Assange après six mois à l’ambassade de l’Equateur (Noel 2013)

Bonsoir Londres
Quel spectacle. On me demande ce qui me donne de l’espoir. Et la réponse est là, sous mes yeux.
Il y a 6 mois, exactement 182 jours de cela, je pénétrais dans ce bâtiment.
Depuis c’est devenu mon foyer, mon bureau, mon refuge.
Grace aux prises de principes du gouvernement de l’Equateur, et de l’aide de son peuple, je suis en sécurité dans cette ambassade, à vous parler.
Et pendant  chacun de ces 185 jours il y a toujours eu quelqu’un dehors, qui veille –qu’il neige ou qu’il vente.
Chaque jour. Je suis arrivé en été. Nous sommes maintenant en hiver.
J’ai été soutenu par votre solidarité et je suis reconnaissant des efforts de tous ces gens aux quatre coins du monde, qui soutiennent l’action de WikiLeaks, qui se battent pour la liberté d’expression et la liberté de la presse, éléments essentiels de toute démocratie.
Même si ma liberté est limitée, au moins je peux communiquer aujourd’hui, contrairement aux 232 journalistes incarcérés à ce jour.
Contrairement à Gottfrid Svartholm en Suède.
Contrairement à Jeremy Hammond in New York.
Contrairement à Nabeel Rajab au Bahrain.
Et contrairement à Bradley Manning, qui a célébré ses 25 ans cette semaine, un jeune homme qui a réussi à maintenir sa dignité après avoir passé plus de 105 de sa vie derrière les barreaux, sans jugement, un pourcentage de ce temps passé dans une cage, nu, incapable de voir sans ses lunettes.
Et dont, contrairement à tant d’autres, la détresse est liée à la mienne.
Je salue la braverie de ces hommes et ces femmes. Et je salue aussi les journalistes et les publications qui ont continué de couvrir l’histoire de ces personnes, et aux journalistes qui continuent de publier la vérité face à la persécution, aux poursuites judiciaires et aux menaces.
Car tout commence avec la révélation de la vérité.
La hauteur de nos murs dépend de la solidité des briques qui les construisent.
La solidité de nos civilisation dépend de la vérité de leurs idéaux.
Quand nos murs sont érigés par le corrompu, quand le ciment et mélangé à la poussière, quand l’acier noble est remplacé par de la ferraille, nos murs ne peuvent plus nous protéger.
Et quand nos moyens de communication sont corrompus, quand nos académiciens sont timides, quand notre histoire est remplie de demi-vérités et de mensonges, notre civilisation ne peut plus être juste. Elle n’atteindra jamais les étoiles.
Nos sociétés sont basées sur des pensées décrépites. Nos croyances en nous-même et en le monde a été créé par les mêmes systèmes qui nous ont entrainés dans de multiples guerres qui ont tué des millions de personnes.
On ne peut pas construire de gratte-ciels avec de la pâte à modeler. Et on ne peut pas construire une civilisation juste avec de l’ignorance et des mensonges. Il nous faut nous éduquer l’un l’autre. Nous devons rendre hommage à ceux qui disent la vérité et dénoncer ceux qui empoisonnent notre capacité à comprendre le monde dans lequel nous vivons.
La qualité de notre discours est la limite de notre civilisation.
Cette génération s’est levée et a changé la façon dont nous voyons le monde.
Pour la première fois, ce sont ceux qui sont affectés par l’histoire qui la créent.
Et pour tous les autres journalistes et publications –vos actions parlent pour elles-mêmes, tout comme vos crimes de guerre.
Je salue ceux qui reconnaissent la liberté de la presse et le droit à l’information qu’a le public, comme ils sont reconnus dans la Déclaration Universelles des Droits de l’Homme, et dans le Premier Article de la Constitution des Etats Unis –ces droits sont plus que jamais en danger et nous nous devons de les protéger
WikiLeaks est le sujet d’une enquête par le Ministère de la Justice et ceci a été reconnu par l’Equateur et les gouvernements d’Amérique du Sud comme un état de fait qui met en danger ma vie et mon travail.
L’asile politique n’est pas accordé à la tête du client, mais après examen des faits.
Cette enquête est déposée –sous serment- dans les cours de justice Américaines, et admise par le Ministère de la Justice, et dans les pages du Washington Post par le Procureur de l’état de Virginie, comme étant un fait. Les assignations à comparaitre sont combattues par notre équipe dans les cours Américaines. Le Pentagone a de nouveau délivrés ses menaces contre moi en septembre, et a déclaré que l’existence même de WikiLeaks est un crime.

Cela ne m’arrêtera pas. Mais tant que cette enquête immorale continue, et tant que le gouvernement Australien ne défendra pas le journalisme ni les publications de WikiLeaks, il me faudra rester ici.
Ceci étant dit, ma porte est ouverte –elle l’a toujours été- à tous ceux qui désirent me parler. Tout comme vous, je ne suis inculpé d’aucun crime. Si vous lisez le contraire quelque part, prenez note de cette tentative de corruption des principes du journalisme et visitez justice4assange.com pour y lire les faits. Partagez cette vérité autour de vous et dénoncez ceux qui vous ont menti.
Malgré les limitations, malgré le blocus financier extra-judiciaire, qui encercle WikiLeaks à la manière d’un embargo Cubain, malgré une enquête criminelle sans précédent et une campagne pour endommager et détruire mon organisation, 2012 fut une grande année.
Nous avons partagé un million de documents:
Des documents à propos de la guerre qui est en train de se dérouler en Syrie.
Nous avons exposé l’état de surveillance de masse dans des centaines de documents provenant de compagnies travaillant dans le secteur de la sécurité.
Nous avons divulgué des informations à propos du traitement des détenus à Guantanamo Bay et ailleurs –le symbole de la corruption de la Loi en occident, et plus loin.
Nous avons gagné notre procès contre le blocus immoral dans les cours de justice et au Parlement Européen.
Apres une bataille de deux ans, les donations à WikiLeaks, qui étaient bloquées et non déductibles nulle part, sont maintenant déductibles pour la totalité de l’Union Européenne et aux Etats Unis.
Et la semaine dernière, des informations provenant de WikiLeaks se sont révélées vitales –et citées en jugement-  afin de déterminer ce qui était réellement arrivé à El-Masri, un européen innocent de tout crime, enlevé et torturé par a CIA.
L’année prochaine sera tout aussi bien remplie. WikiLeaks a déjà plus d’un millions de documents prêts à être partagés, des documents qui aura un impact partout dans le monde. Partout dans ce monde.
Et en Australie un sénateur qui ne fut pas élu va être remplacé par un qui le sera.
En 2013, nous continueront à faire face aux brutes. Le gouvernement de l’Equateur et les gouvernements d’Amérique latine nous ont montré que collaborer aux travers de valeurs partagées peut donner du cœur et aider à résister à la contrainte et au contraire soutenir l’autodétermination. Leurs gouvernements ne menacent personne, n’attaquent personne, n’envoient de drones contre personne. Mais ensemble ils sont forts et indépendants.
Les demandes répétées et lassantes des magnats de Washington pour l’instigation de sanctions économiques contre l’Equateur, pour simplement avoir défendu mes droits, sont malavisées et injustes. Comme l’a très bien dit le Président Correa : « Les principes de l’Equateur ne sont pas à vendre ». Nous devons être unis afin de défendre le peuple courageux de l’Equateur, pour les protéger de toute intervention contre leur économie et toute interférence contre leur élection générale l’année prochaine.
Le pouvoir qu’a un people qui dit ce qu’il a à dire et qui résiste terrifie les autorités corrompues et anti-démocratiques. A tel point que des personnes tout à fait ordinaires, ici en occident, sont maintenant les ennemis des gouvernements, des ennemis qui doivent être  épiés, des ennemis qui doivent être contrôlés et appauvris.
On ne trouvera pas la vraie démocratie à la Maison Blanche. La vraie démocratie, ca n’est pas Canberra. La vrai démocratie, c’est la résistance du peuple, armé de la vérité, contre le mensonge, de Tahir square à Londres. Chaque jour, des gens comme vous et moi nous montrent que la démocratie c’est la liberté d’expression et la dissension.
Car si nous, le peuple, arrêtions de nous soulever et de nous opposer, si nous devenions distraits ou pacifiés, si nous nous tournions le dos l’un l’autre, alors nous perdrions notre liberté. Car la vraie démocratie et la somme –la somme- de nos résistances.
Si nous nous taisons, si nous abandonnons ce qui est unique en nous et nous rend humain; si nous abandonnons notre conscience, notre indépendance, notre sens du bien et du mal en d’autres mots –et même sans le savoir – alors nous devenons passifs, contrôlés, incapables de nous défendre ou de défendre ceux que nous aimons.
On me demande souvent : “ Que puis-je faire?”
La réponse n’est pas difficile à trouver.
Il suffit d’apprendre comme le monde fonctionne. Il faut remettre en question les discours et les intentions de ceux qui nous contrôlent derrière leur semblant de démocratie ou de monarchie.
Unissons-nous autour d’un but commun d’un principe commun afin de concevoir, bâtir, financer et défendre.
Apprenons. Questionnons. Agissons.
Maintenant.


http://wikileaks.org/Statement-by-Julian-Assange-after.html
http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,16688.0.html


"This article has been translated by a volunteer translator: epug.  Neither WL or The Official WikiLeaks Forum shall be held accountable for errors.  The reader is welcome to check him/herself the original source linked below, and to comment if there is an error or misinterpretation.  If an error is identified we shall endeavour to correct it."


[attachment deleted by admin]