Author Topic: Un hacker américain sur quatre travaillerait pour le FBI  (Read 1769 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline kimono

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 779
Un hacker américain sur quatre travaillerait pour le FBI
« on: January 04, 2013, 21:46:40 PM »
http://www.pcworld.fr/internet/actualites,hackers-un-sur-quatre-fbi,534631,1.htm

Publié le 3 janvier 2013 par Michel Beck  dans Internet

Dans L'art de la Guerre, Sun Tzu conseille de bien connaître son adversaire afin de remporter la victoire sans aucun risque. Ne cherchez plus le livre de chevet du FBI, on l'a trouvé.

L'information, relevée par Numerama, en effrayera certains, en rassurera d'autres, mais ne laissera sans doute personne indiffférent : selon le site du journal britannique The Guardian, un pirate informatique américain sur quatre serait un informateur du Federal Bureau of Investigation (FBI).

Cette statistique, on la doit en réalité à Eric Corley, responsable du magazine spécialisé "2600". L'homme affirme ainsi que la relative inexpérience des pirates apréhendés vis à vis de la loi les rend très sensibles à l'intimidation. Ils seraient donc tout simplement assez faciles à retourner afin d'obtenir des informations, pour mieux s'en sortir eux-même vis à vis de la justice. Et de devenir alors yeux et oreilles pour le compte des agents du FBI en prenant part aux discussions sur les forums spécialisés, voire en tendant directement des pièges pour déclencher de nouvelles arrestations.

Habile, la technique des autorités américaines permet aussi de semer le doute dans les communautés de hackers où, selon John Young (responsable de Cryptome, site spécialisé dans la publication de documents confidentiels) le climat est souvent devenu particulièrement tendu après de multiples arrestations effectuées à l'aide de ces techniques.

En tout cas, la nouvelle a de quoi rendre de nombreux pirates encore plus méfiants. Afin de ne pas se retrouver dans la situation du célèbre Bradley Manning, suspecté d'avoir transmis des informations secrètes au site Wikileaks et incarcéré depuis plus d'un an après avoir été arrêté dans un contexte étrangement similaire.
"Les hommes qui ont vécu dans les laboratoires n'imaginent guère que les partis extrêmes" -
"Men who lived in the laboratories can hardly imagine anything else than extreme parties" (Louis Aragon, 1897-1982)