Author Topic: GI files : Discours de Bashar Assad  (Read 1959 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline mayya

  • Administrator
  • *****
  • Posts: 7874
GI files : Discours de Bashar Assad
« on: June 17, 2013, 22:38:44 PM »
Avertissement : cet article a été traduit par un traducteur bénévole. Ni WikiLeaks ni le Forum de Discussions WikiLeaks ne peuvent être tenus  responsables d’erreurs éventuelles. Le lecteur est invité à vérifier lui / elle-même la source originale via le  lien ci-dessous, et de nous aviser en cas d’erreur ou d'une mauvaise interprétation. Si une erreur est signalée, nous nous efforcerons d'y remédier.

Traducteur : Mayya - merci à T®²³ pour son assistance

Liens :
Forum : http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,19348.0.html
Câble : http://wikileaks.org/cable/2009/11/09ANKARA1642.html
Source: http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1160167


Re: FIN Re: PLUS Re: Discours de Bashar Assad

Publié le 04-03-2013 04 00:00 GMT
ID Email 1160167
30-03-2011 14:33:30
De [email protected]
A [email protected]


Voici quelques versions du discours  vu par les  médias

LIVE: Assad dénonce  une conspiration internationale  à la source des troubles syriens
Gus Lubin | le 30 mars 2011, 07:33 | 262 | commentaire

http://www.businessinsider.com/assad-speech-wednesday-march-30-2011-3
Syrie -  Pour la première fois depuis les troubles et le massacre des manifestants, le président syrien va s’adresser à la nation.

On s’attend à ce qu’il annonce la fin de l’état d’urgence ainsi que d’autres réformes.
La foule à Damas, cependant,  lui semble totalement acquise et scande son nom.

Syrie
Le discours commence:

[Cliquez ici ou actualiser les mises à jour.]

C'est un moment exceptionnel ... un test de notre unité ... qui s ‘est répété souvent à cause des complots contre notre union ... mais grâce à la volonté de Dieu nous  sommes toujours  vainqueurs.
Nous avons été un roc, fort, solide, pour défendre la nation.
J'appartiens au peuple syrien et quiconque appartient au peuple syrien gardera toujours la tête haute.

Il est de mon devoir de garantir la liberté de la Syrie.

Pour faire ce discours, Assad dit qu'il a attendu jusqu'à ce qu’il ait une image claire de la situation dans son esprit.

En ce moment nos ennemis se démènent pour attaquer la Syrie.

Ce n'est un secret pour personne, il y a eu des changements majeurs dans la région qui vont avoir un impact sur de nombreuses nations. La Syrie fait partie de ces nations ... mais en fait,  ce qui s'est passé donne un nouveau souffle au point de vue syrien ... L'opinion populaire de la rue arabe qui a été marginalisée depuis des décennies est de retour au centre des préoccupations.


Même si j’acceptais ces dialogues, je n’aurais pas l’approbation  de mon peuple...

Notre politique intérieure a été de s’ouvrir sur le monde et la communication entre le gouvernement et le peuple ... Notre politique étrangère a été de soutenir la résistance arabe là où il y a occupation ... Le repère  pour nous reste le peuple arabe.

Il parle déjà depuis sept minutes et il n’a pas encore mentionné la réforme.
 
La Syrie est soumise à une conspiration  internationale,  ce n'est un secret pour personne.

Les  conspirateurs sont une minorité. Même nous, au gouvernement, ignorions ce qui se passait jusqu'à ce que le sabotage commence. Quelques  chaînes satellitaires ont dit qu’il y avait eu des sabotages à certains endroits, mais leur  annonce des évènements  a précédé  les incidents, donc nous savons que tout était pré-arrangé.

Maintenant Assad met les troubles sur le compte de conflits sectaires, et non pas sur des  sentiments anti-gouvernement.

Une femme à l’intérieur du parlement crie quelque chose comme «le sang des martyrs de Deraa "et dit que tous les gens sont derrière Assad. La foule commence à applaudir et à chanter.

Les soldats ont reçu comme strictes instructions de ne blesser personne, mais, dans le chaos, des erreurs se sont produites ... s'il y a eu effusion de sang, que ce soit une effusion de sang qui nous unit ... Le pays est dans le chaos sous  prétexte d’une réforme.

Kadhafi dit qu’ils ont réussi à résister à un complot similaire en 2005.
Nous parlons de transformation dans la région au sens large, une vague qui élimine les leaders. En ce qui concerne la Syrie, nous devons nous demander si cette vague nous gouverne ou si c’est nous qui la gouvernons.

Assad évoque une possible discussion de réforme  et la levée de l'état d'urgence, mais il demande si cette discussion de  réforme est une réponse hâtive au chaos. Il dit que la réforme en tant que réponse à la pression populaire est un signe de faiblesse, surtout si cette pression vient de tiers étrangers.

Assad dit «nous n'avons besoin de réformes», mais ces réformes sont évoquées depuis 2005. Il dit que les origines  de la réforme remontent à des décisions qu'il a prises en 2000. Mais les priorités de la Syrie ont changé au cours de la période post 11/9, plus la pression internationale, la guerre au Liban, et une sécheresse de quatre ans. "Toute personne qui avait dix ans à l’époque en a maintenant vingt ".

Les priorités de la Syrie au cours de cette période étaient la sécurité et le bien-être de la population. «Nous pouvons reporter  le discours d'un politicien, mais nous ne pouvons pas remettre à plus tard l’apport de nourriture à un enfant malade. "
La réforme n'est pas seulement une question de saison ... J'ai déjà commencé à réformer l’Egypte [sic] et j'ai un  plan et un but. Nous avions tous nos programmes en place... Il n'y a aucun obstacle, il y a des retards, mais seule une petite minorité s’oppose  à la réforme ... Notre réforme devrait  adresser les 10 ans passés, et les 10 ans futurs, pas une seule crise ... Nous allons rester sur la voie de la réforme, et si nous  ne le faisions pas, nous serions sur la voie de la destruction.


Assad dit que plusieurs nouvelles réformes vont être annoncées, y compris des  hausses de salaires, des  possibilités d'emplois,  et un ensemble de lois économiques. Il dit que nous mettrons un calendrier en place  pour chacune de ces réformes, et le Parlement s’assurera que ce calendrier est maintenu. «Nous voulons accélérer mais non précipiter la réforme ... Certaines personnes sur les chaînes satellitaires diront que ça n’est pas suffisant, et je vais répondre que nous n'allons pas détruire notre nation. Ne soyez pas induits en erreur par ces chaînes satellitaires ".

En savoir plus:
http://www.businessinsider.com/assad-speech-wednesday-march-30-2011-3#ixzz1I5JDi3f5




Le leader syrien s’adresse au parlement après les violences
Par MICHAEL Slackman
Publié le: 30 Mars 2011


http://www.nytimes.com/2011/03/31/world/middleeast/31syria.html?src=twrhp

LE CAIRE - Mercredi, un jour après que son cabinet ait démissionné, le président Bachar al-Assad s’est présenté devant le Parlement de la Syrie, pour prononcer un discours majeur qui pourrait  être déterminant pour son avenir au moment où il cherche à répondre aux protestations émises contre son régime autoritaire.

Sous les applaudissements et les cris de soutien, M. Assad a parlé des "complots  fomentés contre notre pays " et  dit qu'ils représentent un« test pour notre unité. "

«Nous sommes pour la réforme et nous voulons répondre aux demandes du peuple", M. Assad a dit. «Mais nous ne sommes pas en faveur du chaos et de la destruction."

«Je ne veux pas que les gens disent que je  blâme ce qui s'est passé dans le pays sur des complots extérieurs, mais les deux sont liés ", a-t-il dit. Il reconnait que «le peuple syrien a des demandes qui n'ont pas été adressées», mais dit que ces griefs ont été "utilisés comme couverture pour duper les gens et les faire descendre dans les rues. Certains d'entre eux avaient de bonnes intentions", a-t-il dit.

La démission du cabinet a été considérée comme un geste  important – même si essentiellement symbolique – dans un pays où les dirigeants  répondent  rarement aux pressions exercées par le public et où les décisions ne sont pas prises par le gouvernement, mais par le président et son entourage, y compris les multiples services de sécurité.

"Ce n’est pas qu’une question de gouvernement, il s'agit de la  politique de l'Etat», a déclaré Abdel Majid Manjouni, le chef du parti pour l’Union socialiste arabe démocratique d’Alep. «Les ministres ne sont pas ceux qui décident de ces choses. C'est le président. Il  décide de la politique. "


Mercredi, le discours de M. Assad semblait être une tentative de calmer les tensions après que les forces gouvernementales aient ouvert le feu sur des manifestants à plusieurs reprises, tuant des dizaines de personnes.

Avant le discours, Andrew J. Tabler, un expert de la Syrie à Washington a déclaré "Maintenant, il s'agit d’évaluer les mots d'Assad et de savoir comment juger ses actions "."Ses  antécédents ne sont pas bons lorsqu’il s’agit de mener ce qu’il entreprend à terme  et  je ne peux pas imaginer qu'il puisse le faire maintenant, compte tenu de la structure du régime ".

M. Assad se vantait initialement que son pays était à l'abri des troubles de l’ordre public qui ont balayé la région. Mais les événements en Syrie se sont déroulés comme dans d'autres pays – les efforts d'apaisement sont passés du déni à une répression sanglante. Maintenant, le président syrien a peu de place pour manœuvrer pour essayer d’offrir des concessions sans pour autant discréditer son leadership et  ses alliés.

S‘il lève l'état d'urgence et permet la liberté d'expression, les rues vont sûrement être envahies de  manifestants. S’il démantèle la redoutée police secrète, il est très possible qu’il perde le contrôle parmi les nombreux appels à la liberté, à la primauté du droit,  à la fin de la corruption générale. S’il met un terme au monopole du pouvoir  détenu par le parti Baath,  il perdrait probablement les élections.

«L’état d'urgence est une pierre angulaire de la règle baathiste, et si ça s’écroule tout le reste peut partir avec", a déclaré Karim Emile Bitar, chercheur à l' l'Institut des relations internationales et stratégiques à Paris. «Tout pourrait  s'effondrer pour eux s’ils veulent vraiment  supprimer l’état d’urgence : la libération de prisonniers politiques, un environnement multipartite, la fin du harcèlement des activistes. Les gens vont en profiter pour exprimer de plus en plus de griefs".

La démission du cabinet a eu lieu alors que le gouvernement travaillait dur pour restaurer sa crédibilité après que des milliers de personnes aient défilé contre lui dans tout le pays,  l'armée avait pris position dans les villes du nord et du sud. Mardi, des dizaines de milliers de partisans du gouvernement se sont rassemblés à Damas, la capitale, agitant des drapeaux et des photos de M. Assad. Apparemment, le gouvernement avait fait amener un nombre de manifestants par autobus et mis la pression pour que d'autres participent à la manifestation.

A Damas, les partisans du gouvernement ont envahi la Place des Sept Mers,  des milliers de personnes étaient  debout sous un immense portrait du président accroché à la façade de la banque nationale syrienne. Ils scandaient: «Seul Dieu, Syrie et Bachar! "Et" Avec notre âme, avec notre sang, nous allons te réhabiliter, Bachar ».

Alors que la foule se dispersait au début de l'après-midi, un sentiment de carnaval l’emportait, avec des enfants souriants  et des couples se tenant par la main  tout en mangeant des glaces.
Les voitures dans la ville klaxonnaient pour M. Assad et de sérieux jeunes hommes étaient assis sur des minibus, étreignant des photos du président.
Des rassemblements similaires ont eu lieu dans les grandes villes, à l'exception notable de Lattaquié - une ville côtière du nord-ouest où un sit-in, avec des centaines de manifestants, a eu lieu Mardi  également - et Deraa, dans le sud. La présence  militaire a été fortement ressentie dans les deux villes après les récentes violences.

«Aujourd'hui, c’était les  manœuvres  d’entrainement avant  la grande annonce de demain», a dit M Bitar. «Le but  est de préparer le discours de demain, et auparavant il y a ces manifestations  qui montrent que Assad bénéficie encore d'un certain soutien populaire ".


Les protestations ont commencé il y a plus d'une semaine à Deraa, après que la police ait arrêté un groupe de jeunes  pour avoir  griffonné des graffiti anti-gouvernementaux. Les conséquences se sont fait sentir au niveau national après que les forces gouvernementales aient tiré sur des manifestants. Les protestataires ont mis le feu aux bureaux du parti dans plusieurs villes, renversé une statue de l'ancien président Hafez al-Assad, et démoli des panneaux d'affichage à l’effigie de l'actuel président, son fils. Ces actions sont inouïes dans cet état policier répressif.

Dans son discours, on s’attend à ce que M. Assad lève l'état d'urgence, mis en  place depuis 1963 afin de réduire au silence toute opposition. Même s’ il était levé, selon les analystes, les restrictions concernant  la vie publique resteraient, y compris les lois qui limitent le droit de réunion et d'expression; ceci permet aux services de la police secrète d’utiliser n’importe quel moyen pour préserver le statu quo; et cela préserve la main mise légale du parti Baath sur le pouvoir.

"Radwan Ziadeh, un syrien défenseur des droits  de l’homme qui enseigne à l'Université George Washington a écrit dans un email que «La levée de l'état d'urgence ne changera rien sur le terrain sans la levée des lois qui y sont associées ainsi qu’une réforme  politique radicale - notamment de la Constitution. »



Assad: la Syrie va résister aux complots étrangers ourdis contre elle
* Publié le 30.03.11 13:57

* Dernière mise à jour le 30.03.11 13:57
http://www.haaretz.com/news/international/assad-syria-will-withstand-the-foreign-plots-hatched-against-it-1.352979

Dans son premier discours depuis l'explosion de manifestations anti-gouvernementales, le Président syrien dit qu’il y a de violents instigateurs mélangés à une réelle volonté de réforme politique.

Par Haaretz
Balises : Israel nouvelles Syria Bashar Assad

Mercredi, le président Bachar al-Assad a déclaré dans un discours à Damas que la Syrie va résister à la conspiration étrangère et aux  complots ourdis contre elle, dénonçant Israël comme étant un des coupables possibles derrière les manifestations anti-gouvernementales en cours qui ont saisi une partie de la Syrie depuis plus d'une semaine.

Dans son discours, le président syrien a condamné ce qu'il a appelé des "complots [étrangers] ourdis contre notre pays», disant que le peuple et les dirigeants de la Syrie sauront leur résister gràce à leur unité.

Syrie - AP - 27.3.2011


Le 27 Mars 2011, un manifestant  syrien pro-Assad lors d'un sit-in devant l’ambassade Syrienne à Beyrouth, au Liban.
Photo: AP

"La Syrie est la cible d'un vaste complot venant de  l'extérieur, à la fois interne et externe. S'il y a quelque chose en cours,  c’est sous le prétexte d’accuser la Syrie de donner une réponse populaire . S'il y a des réformateurs, nous les  soutiendrons. Ces gens ont un intellect contradictoire et confus ", a dit Assad.


Le dirigeant syrien a affirmé que les manifestations étaient le mélange d'un véritable besoin de
réforme et d’instigateurs influencés par des complots étrangers qui sont les responsables des meurtres et de la destruction.

"Les comploteurs forment une minorité ... nous ne savions pas ce qui s'était passé jusqu'à ce que les opérations de sabotage aient lieu, alors, nous avons pu voir la différence entre la réforme et le meurtre », a déclaré Assad, ajoutant que "nous encourageons les gens à formuler des revendications, mais nous ne pouvons pas encourager le chaos et la destruction ".

Se référant aux habitants de Deraa, où les manifestations les plus violentes ont eu lieu, Assad a déclaré que les "gens de Daraa ne sont pas responsables de ce qui s’est passé, pas responsables du chaos qui a suivi. "


“Ils [les habitants de Deraa] sont de vrais patriotes, des gens d’une réelle l'intégrité, et ce sont eux qui permettront d'éliminer ceux qui ont incité à cette violence,” Assad a dit, accusant des comploteurs étrangers d’avoir déplacé le  modus moperandi utilisé à Daraa dans d’autres villes.
On s'attend à ce que le président de la Syrie mette en place un certain nombre de réformes, y compris la levée de l'état d'urgence en Syrie, qui est  en place depuis que le Parti Baath est arrivé au pouvoir en 1963.

La répression violente des manifestations au cours des dernières semaines par le gouvernement a été signalée dans les villes de Daraa et Lattaquié. Les témoins et l’organisation Human Rights Watch basée aux Etats-Unis a estimé le nombre de personnes tuées à 73.

Mardi, le cabinet de la Syrie a démissionné pour tenter d'apaiser la fureur populaire, alors que  la télévision nationale syrienne  annonçait que Assad avait accepté la démission des 32 membres du Cabinet dirigé par Naji al-Otari, en place depuis le 23 septembre.

Le Conseil des Ministres continuera la gestion des affaires du pays jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement.
Les démissions n'affecteront pas Assad, qui détient la part du lion en matière de pouvoir dans ce régime autoritaire.


La page Facebook “The Syria Revolution 2011”  a lancé un appel au “peuple libre de Syrie”, pour organiser des sit-in vendredi à travers tout le pays, ignorant les promesses du gouvernement de discuter de leurs  revendications.
Mercredi, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Damas et dans d'autres villes afin d’exprimer leur soutien à al-Assad, en fonction depuis 2000.
Le dirigeant syrien dit que les manifestations sont "un test pour la nation”
 AP



http://news.yahoo.com/s/ap/20110330/ap_on_re_mi_ea/ml_syria


Par ZEINA KARAM, Associated Press Zeina Karam, Associated Press –
il y a 13 mins

DAMAS, Syrie - Le président syrien Bachar al-Assad a qualifié les manifestations, sans précédent dans son pays, de "test pour la nation."

Assad donne son premier discours à la nation depuis que  les manifestations ont éclaté dans ce pays arabe étroitement contrôlé.

Mercredi, comme il  entrait  au Parlement pour faire son discours, les législateurs scandaient "Dieu, la Syrie et seulement Bachar! "Et" Nous sacrifions nos âmes et notre sang pour toi Bachar ».

Ce discours majeur pourrait  être déterminant pour l’avenir de la Syrie et est vu comme un test crucial pour son leadership.


Le 3/30/11 07:28, Erevan Saeed écrit:


Fin du discours, je pense que ça a duré environ 45 minutes. Il serre la main des parlementaires

Si une guerre nous est imposée, nous disons bienvenue

L’état a fait des erreurs, et les martyrs sont nos frères, etc, et plus ... regardez en arrière...

nous devons accélérer maintenant, et nous allons accélérer les réformes.

La situation actuelle est positive, si elle peut être contrôlée, utilisée à notre
avantage et si nous pouvons en sortir sans problèmes.

C'est ainsi qu'il a terminé son discours. Un député s'est levé et a dit: Dieu, la Syrie et
seulement Assad.

mais quand vous avez dit que vous vous sacrifiez pour moi, sachez que c’est moi qui vais me  sacrifier, et je dirai, DIEU, LA SYRIE ET SEULEMENT LE PEUPLE

----------------------------------------------------------------------


De: "Erevan Saeed" <[email protected]>
A : "Liste analyste" <[email protected]>
Cc: "watchofficer" <[email protected]>
Envoyé le: mercredi, 30 Mars, 2011 15:18:16
Sujet: PLUS Re: Discours Bashar Assad


il parle toujours

Je dis à ceux qui veulent des réformes, oui nous voulons des réformes, nous sommes
en retard, mais nous allons commencer maintenant.

c'est le chaos dans le pays sous  prétexte de réforme

cette énergie (révolutions arabes) doit être mise au service de la nation syrienne

l'Etat doit s’occuper des droits des citoyens. La relation entre l'Etat et les gens n’est pas une affaire de pression

ce qui a été annoncé jeudi par Shaaban (son conseiller) n'étaient pas des décisions,  déjà décidées auparavant.

L'Etat a fait des promesses de réforme et elles n'ont pas eu lieu.

pourquoi les réformes n’ont-t-elles pas été effectuées? Parce que la première priorité était la stabilité.

l’état d'urgence et le projet de loi des partis politiques a pris un certain temps.


Des raisons indépendantes de notre volonté ont entrainé les retards des projets de loi et des réformes.

comment faire face à ces problèmes? je dois dire que la réforme n'est pas seulement un problème saisonnier.

si la réforme est simplement un reflet de ce qui se passe dans la région alors elle est destructrice

il n'y a pas d'obstacles à la réforme. ceux qui refusent la réforme sont une minorité qui ont certains intérêts et bénéficient de la corruption.

rester sans réforme est destructeur.

s'il vous plaît ne vous énervez contre certaines chaînes satellitaires, ils mentent et mentent et
ensuite on croit leurs mensonges.

----------------------------------------------------------------------

De: "Erevan Saeed" <[email protected]>
A: "Liste analyste" <[email protected]>
Cc: "watchofficer" <[email protected]>
Envoyé: mercredi, 30 Mars, 2011 14:59:19
Sujet: Discours Bashar Assad


Il parle encore. de temps en temps des députés fanatiques se lèvent et l'interrompent, récitant des versets et de la prose félicitant Bachar.
J'ai retardé mon discours afin de saisir l'image réelle de ce qui continue de se passer.

Nous faisons  partie de cette région. Nous parlons de l'évolution de cette région.

Nous attendons et espérons que les changements dans la région conduiront à étoffer
le soutien à la cause de la Palestine.

Notre politique étrangère est basée sur l'engagement pour les droits et le soutien des résistances des pays arabes.


Le lien entre la politique intérieure et le ministère des affaires étrangère est le citoyen syrien.

La Syrie est l’objet d’importantes machinations, certaines viennent de pays lointains et certaines sont proches.

La Syrie est ciblée par un vaste complot  qui est principalement basé sur les développements du monde arabe.

Je ne veux pas que les gens pensent que je crois que tout est le résultat d'une conspiration étrangère, bien sûr, ce n’est pas vrai.

si les gens veulent des réformes en Syrie, nous sommes avec eux

Nous ne pouvons pas dire que tous ceux qui ont protesté dans les rues sont des conspirateurs.


vague de soulèvements populaires dans le monde arabe - liberté, des réformes, des liens vers la Syrie

les instigateurs ont envoyé des sms pour promouvoir des craintes sectaires, ça marche dans certaines régions

 il blâme les chaînes satellitaires qui ont incité à la provocation il y a quelques semaines, alors faux pics, puis fracture sectaire

le repère pour tout ce que nous faisons, c'est les citoyens, si nous nous en éloignons nous devons corriger notre cap

les conspirateurs sont toujours minoritaires. nous dans le gouvernement  ne comprenions pas ce qui se passait. nous n'avons pas compris le lien entre la réforme et le meurtre.

Daraa était au premier plan de la lutte contre Israël

Les habitants de Deraa sont des gens d'honneur et   dignes. Les gens là-bas vont cesser la violence et la destruction.
--
Yerevan Saeed
STRATFOR
Phone:   009647701574587
IRAQ

--
Yerevan Saeed
STRATFOR
Phone:   009647701574587
IRAQ

--
Yerevan Saeed
STRATFOR
Phone:   009647701574587
IRAQ

--
Michael Wilson
Senior Watch Officer, STRATFOR
Office:   (512) 744 4300  ex. 4112
Email: [email protected]