Author Topic: Gi Files - PERSPECTIVE : Renseignement Chinois  (Read 2204 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline mayya

  • Administrator
  • *****
  • Posts: 7874
Gi Files - PERSPECTIVE : Renseignement Chinois
« on: July 12, 2013, 20:45:57 PM »
Disclaimer : This article has been translated by a volunteer translator.  Neither WikiLeaks nor The WikiLeaks Discussion Forum shall be held accountable for errors.  The reader is welcome to check him/herself the original source linked below, and to comment if there is an error or misinterpretation.  If an error is identified we shall endeavour to correct it.

Avertissement : cet article a été traduit par un traducteur bénévole. Ni WikiLeaks ni le Forum de Discussions WikiLeaks ne peuvent être tenus  responsables d’erreurs éventuelles. Le lecteur est invité à vérifier lui / elle-même la source originale via le  lien ci-dessous, et de nous aviser en cas d’erreur ou d'une mauvaise interprétation. Si une erreur est signalée, nous nous efforcerons d'y remédier.

http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,17685.msg45018.html#msg45018
http://wikileaks.org/gifiles/releasedate/2013-02-24-00-insight-chinese-intelligence.html


Traducteur : Mayya

Perspective : Renseignement Chinois


Date 16-02-2010  16:19:20
De [email protected]
[email protected]
sean.n[email protected]
Autres MessageId:
En réponse à: [email protected]

Texte


Ce qui est destiné à [email protected]  devrait lui être envoyé directment,  pas à WO, à moins que quelque chose n’ait changé.

Sean Noonan a écrit :

SOURCE:
ATTRIBUTION: Ex officier contre-espionnage
DESCRIPTION de la SOURCE: Ex Cadre Analyste FBI
PUBLICATION: Pour renseignement chinois, , et historique
FIABILITE DE LA SOURCE:
CREDIBILITE DE L’INFORMATION: 2
DISTRIBUTION: Sécurisé, Tactique
TRAITEMENT PARTICULIER: Aucun
CONTRÔLEUR  de la SOURCE: Sean

Cela dit, je suis arrivé à quelques conclusions qui, je pense, méritent réflexion.  En voici quelques unes :
-  Lorsque les analystes des renseignement occidentaux (moi y compris) font des erreurs dans l'interprétation des activités du renseignement chinois, c’est presque  toujours à la suite d’hypothèses incorrectes. L'hypothèse la plus répandue est que les Chinois ont  agi/vont agir/agissent  comme  les Soviétiques l'ont fait auparavant. Ceci n'est pas du tout surprenant, étant donné que la structure de toute notre  intelligence, y compris la formation, a été construite pour répondre et vaincre une menace soviétique ou une menace formée par les Soviétiques ; et les résultats de nos analyses devaient toujours être présentés  comme tels aux décideurs de l'agence qui se basaient  presque exclusivement sur des  points de référence  soviétiques.
Mon expérience personnelle favorite à ce sujet a été qu’à chaque fois qu’il fallait faire un rapport, j'ai dû identifier combien  de K / S People Republic of China Information Officers  [PRCIO : agents du renseignement de la République Populaire de Chine] se trouvaient  aux Etats-Unis.
Bien que cela soit probablement l'élément clé dans l'évaluation de la menace soviétique du moment, dans ma région, nous n'avons jamais, jamais vu aucune preuve  qui puisse suggérer que l'incidence de l'activité du renseignement de la  PRC [République Populaire de Chine]  aux États-Unis variait  avec le niveau de présence de PRCIO. Pourtant, la direction du Bureau suppose toujours que  si les statistiques de K de la PRC / S représentaient 10% des statistiques soviétique,  alors les Soviétiques devaient  représenter dix fois la menace des renseignements  Chinois. La plupart des cas que je vois de nos jours ou dont j’entends parler  contiennent toujours des erreurs d’appréciation basées  sur de fausses hypothèses induites depuis le début de l'affaire.

- Penser que même la majorité de l’activité chinoise que   nous voyons  - même une activité clandestine contre de petites cibles - est  imputable à la direction et au contrôle du PRCIS [People Republic of China Intelligence Service : service des renseignements de la République Populaire de Chine] est une grossière erreur. Je pense que l'exemple le plus frappant connu du public est l’attaque chinoise  qui se poursuit contre la conception et la fabrication de l'arme nucléaire issue des laboratoires nationaux américains. À mon avis, les informations indiquent que  cette campagne est dirigée et contrôlée par I’Institut de la physique appliquée et des mathématiques computationnelles de la République Populaire de Chine;  par ex, le IAPCM décide quels employés de quels laboratoires seront contactés, comment et quand ils seront contactés, et qui, du côté de la PRC, va essayer d’établir une relation transitoire ou à long terme avec l'employé du laboratoire américain. Comme il est bien connu que le IAPCM a des liens étroits avec le Bureau de Shanghai  du MSS [Ministry of State Security : Ministère de la sécurité de l’état] l'interprétation standard  est que les employés du IAPCM sont des travailleurs co-optés du MSS. A mon avis, c’est exactement l'inverse : le IAPCM contacte  le MSS pour demander des faveurs de temps en temps, mais le MSS ne dirige pas le processus. Je me sers de cet  exemple  car, quand il s'agit de dresser   une stratégie CI [renseignement chinois] nationale, beaucoup de gens pensent qu'il est nécessaire de pénétrer dans le MSS / Shanghai pour découvrir les détails importants de l'attaque contre les laboratoires, mais une meilleure cible serait le IAPCM. Mon point de vue actuel est qu‘environ 70% de l'activité du renseignement du PRC  que  nous voyons n'est pas imputable à la direction ou au  contrôle du PRCIS.


-  On n’est pas du tout sûrs de ce qu’est un "cas PRCIS". Par exemple, lorsque le composant offensif du CI concocte une opération de séduction pour piéger un diplomate américain en poste à Pékin, il est certainement clair pour tous que nous assistons à une action du MSS  dans ce qu’il peut accomplir de plus dangereux.  De même, quand un officier MID / PLA [autres bureau du renseignement US] aux Etats-Unis sous  couvert d’attaché militaire  soudoie quelqu'un pour  obtenir des informations, tout le monde convient que l’on assiste à une opération  de renseignement militaire chinoise. Quand nous découvrons une affaire où deux employés d’un sous-traitant de la défense américaine quittent leur entreprise pour  en former une nouvelle et sont ensuite détectés en Chine pour essayer de vendre des informations volées à un institut de recherche militaire  qui a des liens étroits avec la MID / PLA,  est-ce que l’affaire devient une opération MID plutôt qu’une affaire d’espionnage industriel ?
Si le MID fournit ensuite une liste de tâches à accomplir, est-ce que cela alors devient un dossier pour le MID? Dans ma carrière, j'ai vu de nombreux cas où,  à un moment donné, il y avait un lien précis et très important avec le PRCIS mais le savoir-faire  pour la collecte d'informations, le transfert des informations hors des Etats-Unis, et l'établissement et le maintien de la sécurité opérationnelle étaient presque toujours vraiment  pauvres. Je me suis souvent demandé  si le savoir-faire dont j’avais été le témoin lors d’une affaire donnée était quelque chose spécifique au co-conspirateur Zhang San ou si c’était une méthodologie  du PRCIS. J'ai été frappé par la façon dont le PRCIS contrôlait rarement la situation ou imposait un  contrôle professionnel (en fait, je n'ai jamais vu ça, pas même une fois), et finalement j’en ai conlu  que, bien qu’il soit bien connu que le PRCIS a  de bons guides d’utilisateurs, ils ne s’en servent pas.
J’espère que tout cela vous donne matière à réflexion.


Sean Noonan
ADP- Tactical Intelligence
Mobile: +1 512-758-5967
Strategic Forecasting, Inc.
http://www.stratfor.com

 
Deuxième message,  différent début

Re: PERSPECTIVE : renseignement  chinois
Date 17-02-2010 03:26:55
De [email protected]
A [email protected]
Autres   MessageId:
En réponse à: [email protected]

Texte


Les personnes  a qui vous ne vouliez  surtout  pas montrer cela viennent juste  d’en prendre connaissance.


—–Message Original —–
De: “Sean Noonan”
A: [email protected]
Envoyé: mardi 16 février  2010 11:04:11 PM GMT +08:00 Beijing /
Chongqing / Hong Kong / Urumqi
Sujet: PERSPECTIVE: Renseignement chinois
 
SOURCE:
ATTRIBUTION: Ex officier contre-espionnage
DESCRIPTION de la SOURCE: Ex Cadre Analyste FBI
PUBLICATION: Pour renseignement chinois, , et historique
FIABILITE DE LA SOURCE:
CREDIBILITE DE L’INFORMATION: 2
DISTRIBUTION: Sécurisé, Tactique
TRAITEMENT PARTICULIER: Aucun
CONTRÔLEUR  de la SOURCE: Sean

( message : ditto )

Pour plus d’information:
http://intelligenceleaks.wordpress.com/2013/02/24/chinese-intelligence/