Author Topic: Les fans de WikiLeaks et leur passe-temps coûteux: le harcèlement  (Read 1804 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline mayya

  • Administrator
  • *****
  • Posts: 7874
Disclaimer: This article has been translated by a volunteer translator. Neither WikiLeaks nor The WikiLeaks Discussion Forum shall be held accountable for errors. The reader is welcome to check him/herself the original source linked below, and to comment if there is an error or misinterpretation. If an error is identified we shall endeavour to correct it.


Avertissement: cet article a été traduit par un traducteur bénévole. Ni WikiLeaks ni le Forum de Discussions WikiLeaks ne peuvent être tenus responsables d’erreurs éventuelles. Le lecteur est invité à vérifier lui / elle-même la source originale via le lien ci-dessous, et de nous aviser en cas d’erreur ou d'une mauvaise interprétation. Si une erreur est signalée, nous nous efforcerons d'y remédier.


Traducteur: mayya



Forum :http://www.wikileaks-forum.com/-wikileaks-related-news/23/wikileaks-fans-and-their-expensive-hobby-mobbing-by-silvia-steinitz-fromstern/33990/msg69309#msg69309

Source : http://www.stern.de/politik/ausland/julian-assange--wikileaks-fans-und-ihr-teures-hobby--mobbing-6309362.html


Les fans de WikiLeaks et leur passe-temps coûteux: le harcèlement

WikiLeaks a entamé une campagne de haine contre un activiste résidant en Allemagne. Deux fans d'Assange ont même déposé une plainte contre lui. Le tribunal de district de Francfort vient d'y mettre un terme.

WikiLeaks est célèbre pour la défense des droits civils et spécialement le droit de la vie privée des individus. C'est un combat important à un moment où le monde entier est en train de réfléchir sur la meilleure façon de traiter les informations personnelles.

Julian Assange en particulier, le fondateur de l'organisation, est en train de payer un prix élevé pour le rôle de WikiLeaks dans le combat mondial concernant les secrets d’état et la protection des données personnelles à l'ère numérique. Le fait est que ce natif d'Australie est bloqué dans l'ambassade équatorienne à Londres depuis presque trois ans. Un mandat d'arrêt international a été délivré contre lui - la justice suédoise enquête sur lui en raison de la suspicion d'infractions sexuelles qu'Assange aurait commises en 2010 en Suède. Assange craint que les autorités britanniques, ou suédoises, durant l'enquête, ne le livrent aux États-Unis à sa sortie de l’ambassade. Entre autres choses, les États-Unis l'accusent d'espionnage et de complot - un procès aurait comme résultat une très longue sentence.

Assange habite actuellement 70 mètres carrés sans lumière naturelle ni air frais. Même les nombreuses plaintes déposées par des organisations de défense des droits de l'homme auprès de l'Organisation des Nations Unies n'ont pas pu altérer cette situation. En Mars de cette année, la Suède a décidé d'interroger Assange dans l'ambassade. Mercredi dernier cependant, selon Assange, une entrevue aurait du avoir lieu, mais Marianne Ny, le procureur en charge l'a annulée.
"C'est brutal», déclare Assange. Ny rétorque: l'enquêteur suédois n'a pas eu l'autorisation officielle de l'Équateur pour entrer dans l'ambassade. Dès que cette autorisation sera accordée, l'entretien aura lieu. Espérons que ça se fera d'ici la fin Juillet.


Face à la critique, tous les coups sont permis
Alors qu' Assange et WikiLeaks insistent sur des principes tels que les droits civils - ces valeurs ne semblent pas s'appliquer à tous. Lorsqu'ils sont confrontés à la critique concernant Assange ou ses partisans, ces derniers n'ont aucun scrupules: les noms des critiques sont souvent affichés sur tout l'Internet, leurs photos et leurs adresses de domiciles sont postées, des accusations sauvages sont faites qui vont jusqu'à la diffamation. Tout cela, Mark G., un activiste et ancien partisan de WikiLeaks, en a fait la cruelle expérience.

L'organisation derrière le site web lanceur d'alerte a encouragé une vague de haine contre G., qui a réellement atteint son point culminant le 30 Avril. Avec l'aide de son avocat, le militant a fait face à un procès intenté par deux partisans de WikiLeaks britanniques - mère et fille - pour un total de soixante accusations. D'après les requérantes ce n'est pas WikiLeaks mais Mark G. qui propage des mensonges sur les fans et les employés de WikiLeaks sur l'Internet en utilisant le forum de discussion "Wikileaks Forum".

Mark G. était l'un de ses fondateurs, mais depuis plusieurs années quelqu'un autre s'en occupe en raison du harcèlement par les fans de WikiLeaks. L'avocat de G. a convaincu la cour que son client n'avait plus aucune influence sur le forum.

Le verdict a été annoncé très rapidement: les accusations des fans de WikiLeaks ont toutes été rejetées.

Une résolution des différents à l'amiable n'était apparemment pas une option
La motivation et l'ensemble du processus de la poursuite avaient été étranges dès le début, d'après l'avocat de G., Severi Müller-Riemenschneider, un expert en droit des médias basé à Francfort. "Un règlement extrajudiciaire n'était évidemment pas une option quoi qu'il arrive." Dès le début, toute la procédure "semble avoir été un moyen d'infliger un maximum de dommages à mon client".

Il y a quelque chose de curieux dans cette affaire: «Les plaignantes ont déposé un nombre remarquablement élevé d'accusations et ont continué d'en ajouter de nouvelles ce qui a augmenté la valeur financière du procès", selon l'avocat. Maintenant qu'elles ont perdu le procès, la situation s'est retournée contre elles.. "A présent, les deux individus devront faire face à des dépenses sérieusement élevées". Et il s'agit d'une somme rondelette : les frais juridiques pour les avocats et le tribunal s'élèvent à environ 15.000 euros - cette fois il semble que la haine coûte cher.

WikiLeaks tweete de nouvelles attaques
Mark G. a été soulagé d'apprendre le verdict. "Je suis heureux qu'au moins cette partie du cauchemar soit maintenant terminée», dit-il. "Peut-être qu'en voyant que nous vivons dans un pays de droit et maintenant qu''elles se retrouvent a payer les frais occasionnés par leur campagne de haine, ces harceleurs seront découragés à l'idée de mener de nouvelles attaques sur Internet".


 Cependant, WikiLeaks continue de twitter des attaques contre Mark G. dont une selon laquelle on prétend que cet anglais travaille pour le FBI américain. En tout cas, certains des fans de WikiLeaks semblent avoir perdu tout sens de la mesure (et peut être même la tête): un tweet récent a incité l'organisation terroriste État Islamique à envisager de s'occuper de Mark G ...